La méthode des coûts partiels est une méthode utilisée en contrôle de gestion et en comptabilité analytique. Elle permet de déterminer la marge de chaque produit et sa contribution à la couverture des charges fixes. C’est une des méthodes qui peut être utilisée par l’entreprise pour connaitre la rentabilité de ses produits ou services de manière précise, comme d’autres méthodes comme la méthode ABC, la méthode des coûts complets ou la méthode du target costing.

Qu’est-ce qui différencie la méthode des coûts partiels des autres méthodes ?

Ce qui différence la méthode des coûts partiels de certaines autres méthodes, notamment de la méthode des coûts complets, est qu’elle ne prend en compte qu’une partie du coût global d’un produit. Les dépenses prises en compte sont :

  • Les charges variables, c’est-à-dire les charges qui varient en fonction du volume de l’activité (par exemple la matière première) ;
  • Les charges fixes spécifiques, c’est-à-dire les charges qui ne varient pas en fonction du volume de l’activité (par exemple l’amortissement d’une machine – qui se fait selon les durées usuelles d’amortissement – et non selon qu’elle soit utilisée 100 fois ou 200 fois dans l’année). On parle de charges spécifiques quand une charge est directement imputable à un produit. Dans notre cas, il s’agit de l’utilisation d’une machine entièrement dédiée à la fabrication d’un seul et même produit ;
  • Les charges fixes communes, qui ne peuvent pas être imputées à un produit en particulier.

Quel est le principe de la méthode des coûts partiels ?

Le principe de la méthode des coûts partiels est que l’on ne va pas regarder la marge d’un produit dans son ensemble, c’est-à-dire en lui imputant une partie des charges fixes via l’utilisation d’une clé de répartition. On va s’intéresser à la façon dont la marge du produit permet de couvrir les charges fixes.

Quel est l’intérêt de la méthode des coûts partiels ?

L’intérêt de la méthode des coûts partiels est triple :

  • Détermine la contribution de chaque produit à la couverture des charges fixes ;
  • Mesure et compare la rentabilité de chaque produit ;
  • Permet de calculer le seuil de rentabilité, c’est-à-dire le niveau de ventes à partir duquel l’entreprise ou un produit en particulier commence à réaliser des bénéficies (il s’agit du moment où les ventes couvrent toutes les charges)

Cette méthode est plus intéressante que la méthode du coût variable (qui ne prend en compte que les charges variables) lorsqu’il s’agit de décider s’il faut maintenir ou abandonner une activité. En effet, elle prend en compte les charges fixes spécifiques qui disparaitront en cas d’abandon de l’activité en disparaissant totalement de l’entreprise ou en étant réallouées à d’autres activités.

Comment calculer le résultat avec la méthode des coûts partiels ?

Le calcul du résultat avec la méthode des coûts partiels se fait par étapes :

1. Recenser pour chaque produit son chiffre d’affaires, ses charges variables, ses charges fixes spécifiques ainsi que les charges fixes communes à tous les produits

2. Calculer la marge sur coûts variables (MCV) : chiffre d’affaires (CA) – coûts variables (CV)

3. Calculer la marge sur coûts fixes spécifiques (MCFS) : MCV – coûts fixes spécifiques (CFS)

4. Calculer le résultat : MCFS – coûts fixes communs (CFC)

La méthode des coûts partiels
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *