Une proposition de loi visant à supprimer les tickets de caisse de moins de 10 euros est actuellement en discussion à l’Assemblée nationale. Ce projet pourrait être élargi dans les années qui viennent aux achats de moins de 20€ en 2021 et de moins de 30€ en 2022. Cette mesure permettrait de répondre aux préoccupations environnementales et sanitaires des consommateurs (rappelons que jusqu’il y a quelques années les tickets de caisse contenaient du bisphénol A, un perturbateur endocrinien). Afin d’anticiper ces changements législatifs mais également des comportements et des attentes des consommateurs pour des produits et services plus écologiques, de plus en plus de logiciels de caisse s’adaptent pour prendre en compte cette problématique de digitalisation des tickets de caisse.

Le ticket de caisse digital, une aubaine pour les entreprises

On l’a vu en introduction, passer sur un ticket de caisse digital pourrait bientôt être une obligation pour les achats de moins de 10€, même si les consommateurs continueraient d’avoir la possibilité de demander un reçu. Outre cet aspect législatif, l’entreprise y trouverait d’autres avantages et pas uniquement la baisse des charges de consommables.

Ainsi, le gros point fort de la dématérialisation des tickets de caisse est la récupération des coordonnées des clients. En effet, qui dit ticket de caisse digital dit envoi sur l’adresse mail des clients. Il est toutefois nécessaire de respecter les règles en matière de protection des données personnelles (RPGD – Règlement Général sur la Protection des Données). Ainsi, le client doit donner son accord pour recevoir le ticket de caisse par mail et pour recevoir des offres promotionnelles. Seuls les clients qui l’auront expressément souhaité recevront des publicités ciblées. Il a aussi été prouvé que le taux d’ouverture des e-tickets est bien plus élevé que celui de n’importe quel autre mail publicitaire.

Alors que le ticket de caisse papier ne permet pas de relier un achat à un client (pour ceux qui n’ont pas de carte de fidélité), la digitalisation permettrait d’avoir une base de données à jour avec l’historique d’achat des clients. L’expérience client s’en verrait ainsi prolongée avec la communication d’offres promotionnelles afin de réaliser de l’upselling (par exemple de proposer des chaussures assorties au costume qu’un client vient d’acheter).

En outre les tickets de caisse digitaux permettraient de tracer les notes de frais. Les salariés n’auraient ainsi plus à garder leurs tickets en format papier afin de les transmettre à la comptabilité à chaque fin de mois pour se faire rembourser.

Les retours et les échanges s’en verraient facilités tant du côté du client (échange impossible si le ticket a été perdu) que du côté de l’entreprise.

D’autres solutions s’inscrivent autour de la digitalisation des tickets de caisse comme la possibilité pour les clients de laisser des avis en ligne et ainsi pour la marque accroître sa visibilité.

Enfin, en s’inscrivant dans une démarche de responsabilité sociale et environnementale, l’entreprise serait susceptible de voir son image s’améliorer.

La dématérialisation du ticket de caisse et la digitalisation de l’économie

Le ticket de caisse dématérialisé s’inscrit dans une démarche plus vaste de digitalisation des achats. Aujourd’hui, les consommateurs veulent pouvoir réserver sur Internet et se faire livrer en magasin ou acheter un produit en ligne et le récupérer une heure après dans la boutique choisie. Ils veulent pouvoir faire leurs courses en scannant directement les produits à l’aide de leur smartphone et payer en ligne. La digitalisation du ticket de caisse s’inscrit au cœur de ces attentes et certaines entreprises comme Fastmag et Mangoo ID travaillent donc main dans la main avec leurs clients pour offrir cette expérience client.

L’e-ticket, une nouvelle fonctionnalité à prévoir dans le logiciel de caisse

Devant les changements de consommation actuels et la digitalisation de l’économie, de nombreux logiciels de caisse s’adaptent et vont au-delà des attentes classiques en proposant :

  • Des indicateurs comme le suivi du chiffre d’affaires en temps réel, par produits ou services, catégories, vendeurs… ;
  • Des solutions disponibles sur plusieurs appareils: tablettes, ordinateurs, smartphones ;
  • Des sauvegardes en temps réel ;
  • Des interfaces avec le logiciel de gestion des stocks et logiciel comptable.

De plus, de nombreux logiciels de caisse proposent aujourd’hui la solution e-ticket. Une fois le produit scanné il suffit de proposer au client de recevoir son ticket de caisse de façon électronique et de renseigner son adresse mail.

Toutes ces fonctionnalités s’ajoutent à celles de base tout en respectant les obligations légales. Pour rappel, depuis 2018, toutes les entreprises assujetties à TVA qui enregistrent les paiements de leurs non clients non assujettis à TVA doivent se doter d’un logiciel de caisse certifié, faute de quoi elles encourent une amende de 7500€.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *