Le factoring : un passe contre la crise ?

Des créances de clients qui s’accumulent, des délais de règlement qui s’allongent et des retards de paiement à répétition entrainent souvent des situations difficilement maitrisables pour les entreprises, pouvant conduire à d’importantes défaillances dans les pires scénarios. Afin de remédier à ce genre de situation, et de faire rentrer l’argent plus rapidement, il existe plusieurs solutions. L’une d’elles est de recourir au factoring, aussi appelé affacturage. Une entreprise joue alors le rôle d’intermédiaire entre un fournisseur et son client. Les créances lui sont ainsi cédées afin qu’elle se charge du recouvrement. Elle verse alors à son client, sans attendre le délai indiqué sur la facture, le montant de la créance, déduction faite de sa commission.

L’affacturage, qu’est-ce que c’est ?

L’affacturage est une solution de financement des factures en un temps réduit, moyennant une commission. En effet, rien ne sert pour une entreprise de réaliser des ventes si les encaissements ne suivent pas. Il faut des rentrées d’argent régulières, et des encaissements planifiés à l’avance, afin d’optimiser l’argent disponible, de prévoir des règlements auprès des fournisseurs, mais aussi de réaliser des investissements. L’affacturage permet à ce titre d’assurer le bon développement de l’entreprise quand le BFR (besoin en fonds de roulement) n’est pas maitrisé.

Factoring, passe contre la crise

Quand avoir recours à l’affacturage ?

Les entreprises recourent généralement à l’affacturage en cas de non-paiement d’un client important, ou de retards réguliers de plusieurs clients, mais encore lorsque les délais de règlement des clients sont trop longs par rapport à ceux octroyés par les fournisseurs. Dans ce genre de situation, le manque de trésorerie peut avoir des conséquences financières importantes. L’affacturage permet alors un financement des créances sur le court terme, mais aussi une assurance contre les créances impayées, ainsi que la gestion du poste client (relance, recouvrement et règlement).

Recourir à une solution d’affacturage peut se faire de façon ponctuelle, afin de remédier à un problème conjoncturel, ou de manière plus récurrente.

Qui peut avoir recours à l’affacturage ?

Toutes les entreprises ne peuvent pas prétendre à cette solution qu’est l’affacturage. Seules celles qui travaillent avec d’autres professionnels, c’est-à-dire en BtoB (“business to business”), en ont l’utilité. En effet, en BtoC (“business to customers”), les clients payent généralement comptant et il n’y a donc pas besoin de s’attarder sur les problématiques de recouvrement.

Certains secteurs d’activité sont également exclus du dispositif comme le BTP (bâtiment travaux publics). En effet, dans ce secteur, il est coutume de réaliser des factures d’avancement, c’est-à-dire correspondant à un pourcentage de réalisation des travaux.

De plus, l’affacturage n’est possible que dans certaines situations. Si la santé financière de l’entreprise est trop mauvaise, si elle est sur le point de subir une procédure collective, comme un redressement ou une liquidation judiciaire, si elle a une mauvaise notation auprès de la banque de France, elle trouvera difficilement une société d’affacturage avec laquelle travailler. Cette dernière va en effet analyser de nombreux éléments avant de décider de collaborer avec l’entreprise. Elle déterminera le niveau de risque, s’intéressera à la santé financière des clients des entreprises qui souhaitent mettre en place l’affacturage, aux retards de paiement (nombre et valeur), à la dépendance de l’entreprise par rapport à ses clients (présence de nombreux clients ou d’un seul représentant une partie importante du chiffre d’affaires), aux risques d’impayés dans le secteur…

Quels sont les avantages du factoring ?

Les avantages du factoring sont nombreux et de différentes natures, voici un aperçu de ce qu’il peut vous apporter.

Améliorer sa trésorerie

Pour alimenter rapidement sa trésorerie, une solution consiste à recourir au factoring : au lieu d’attendre le délai de règlement prévu sur la facture, la créance est payée presque immédiatement. À la clé : une amélioration de la trésorerie permettant de financer plus facilement son activité. Il s’agit donc là d’une solution idéale pour les entreprises en pleine croissance, qui ont de fortes demandes en termes de cash.

Recourir au factoring

Externaliser la gestion du poste client

L’entreprise externalise également toutes les démarches administratives liées à la gestion du poste client et aux recouvrements. Elle n’a pas à se soucier de réaliser les relances en cas de factures impayées puisque toute cette partie est gérée par la société de factoring. Les comptables clients et les trésoriers peuvent gérer plus facilement leur temps de travail, et n’ont plus à s’occuper de l’aspect administratif du poste client.

Transférer le risque de non-recouvrement

Le risque de non-recouvrement peut également être transféré en fonction du type choisi : avec ou sans recours. Dans le premier cas, l’entreprise conserve le risque de non-paiement, mais pas dans le second.

Désamorcer des situations tendues avec les clients

Le fait de passer par un intermédiaire permet parfois d’avoir une relation plus saine avec le client. Certains d’entre eux respectent davantage la société d’affacturage, et il est plus facile pour un tiers de taper du poing sur la table quand les factures ne sont pas réglées ou de mettre en place des sanctions juridiques…

À noter que les factors réalisent une veille juridique constante et peuvent à ce titre communiquer des informations pertinentes sur le crédit à accorder aux clients, ils peuvent également aider dans les négociations.

Les autres avantages

Recourir à l’affacturage, c’est aussi gagner en tranquillité d’esprit, avec la certitude de connaître le moment où la facture sera réglée. C’est une option facile à mettre en place, dans la mesure où le démarrage d’un contrat prend généralement 1 à 3 semaines. Enfin, c’est une solution qui s’adresse également aux nouvelles entreprises, quand certaines banques exigent plusieurs années d’ancienneté.

Comptabilité jeune entreprise

Quel est le fonctionnement de l’affacturage ?

Une fois le contrat signé, l’entreprise envoie au factor ses factures existantes. À noter qu’elle peut décider de céder tout ou partie des créances à l’établissement de crédit. Par souci de simplicité, il pourra être indiqué sur les nouvelles factures une mention précisant qu’elles doivent directement être adressées et réglées à l’affactureur.

À chaque nouvelle créance, le factor examine la demande, vérifie les factures ainsi que les antécédents de paiement, contrôle les privilèges, s’assure que les informations bancaires sont correctes et recherche éventuellement des jugements. Afin d’accélérer la procédure, le client peut joindre à la créance un bon de commande ainsi qu’une preuve de livraison ou d’exécution de la prestation. Il envoie une notification au client si la créance est approuvée.

L’entreprise reçoit ensuite le montant en deux fois :

  • le premier règlement est une avance qui couvre environ 80 % de la créance. Elle se fait de façon immédiate, c’est-à-dire sans attendre le délai de règlement indiqué sur les factures (30, 45, 60 jours… date de facture ou fin de mois),
  • le second règlement intervient lors du paiement du fournisseur. Il est constitué du solde de la créance, déduction faite de la commission et éventuellement d’un pourcentage permettant de constituer le fonds de garantie. De son côté, le débiteur règle directement la société d’affacturage au terme du délai de paiement prévu sur la facture.

Un reporting régulier peut être mis en place entre l’affactureur et son client, afin de lui faire un rendu sur les paiements reçus, les litiges et les disponibilités financières.

Combien coûte l’affacturage ?

L’entreprise d’affacturage ne reverse pas 100 % de la créance à son client. Elle lui prélève une commission d’affacturage et de financement :

  • la commission d’affacturage rémunère les services rendus (recouvrement, relance des débiteurs, assurance contre les impayés le cas échéant…). Elle prend en compte plusieurs paramètres comme le volume du chiffre d’affaires, le nombre de factures, le type de clients, la zone géographique ou la qualité des débiteurs,
  • la commission de financement est un taux d’intérêt, qui tient donc compte du délai de crédit, c’est-à-dire du laps de temps entre lequel la créance est facturée et payée.

À noter que des frais de dossier et/ou des coûts d’audit peuvent également être appliqués.

De plus, lors des premiers règlements, le factor prélève également une participation à un fonds de garantie, qui sera ensuite remboursée quand la relation commerciale s’achèvera. La constitution du fonds de garantie se fait de manière progressive et ne peut en aucun cas être prélevée en une fois. Lorsque le fonds est intégralement doté, la société d’affacturage verse alors 100 % du montant des créances, moins sa commission. Ce fonds permet de garantir les avoirs, les non-valeurs, les remises et les litiges. Son montant représente environ 10 à 20 % de l’encours global.

Gestion de trésorerie

Comment trouver une société d’affacturage ?

Il existe de nombreuses sociétés d’affacturage et il peut parfois être difficile de trouver un prestataire. Avant toute chose, il est nécessaire de s’intéresser à la société, à son profil, sa taille, son expérience, ses clients ainsi que les avis qui existent à son sujet. Il est important d’en choisir un qui connaisse le marché. L’étude du contrat et des autres documents légaux est également nécessaire. Il faut savoir qu’il est souvent demandé au dirigeant qu’il se porte caution afin de couvrir différentes situations comme des versements directs non rétrocédés ou des fausses factures.

Quelles sont les autres solutions pour optimiser la gestion de la trésorerie ?

Il existe d’autres solutions pour optimiser la gestion client, alternatives ou complémentaires au factoring :

  • obtenir de son fournisseur des délais de paiement plus longs,
  • demander à sa banque un découvert bancaire, une facilité de caisse ou un crédit de campagne,
  • utiliser d’autres crédits de mobilisation de créance comme l’escompte ou la cession Dailly,
  • réduire ses stocks (produire moins, mettre en place des opérations de déstockage…),
  • négocier avec les clients des délais de paiement plus courts.

Avec ce panel de solutions, la gestion de votre trésorerie sera nécessairement facilitée.

Donnez une note à cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.