Créer un centre d’aquabiking

Les Français cherchent de plus en plus à prendre soin d’eux que ce soit au travers du sport ou de rendez-vous dans des salons de coiffure ou des instituts de beauté. Ainsi, de nouveaux centres d’aquabiking se créent chaque mois dans les grandes villes de France. Quelles sont les démarches à réaliser afin de créer un centre d’aquabiking ?  Quel est le coût ? Est-il préférable d’ouvrir un centre d’aquabiking en franchise ou en indépendant ?

Les démarches pour créer un centre d’aquabiking

Afin de créer un centre d’aquabiking, il faut :

Trouver le bon emplacement

Il faudra trouver le bon emplacement en fonction de la zone de chalandise souhaitée, c’est-à-dire de la zone à partir de laquelle la majorité des clients vont provenir.

Deux critères sont à prendre en compte. Le premier est la population : est-elle en nombre suffisant pour avoir assez de clients? est-elle composée majoritairement de jeunes, des personnes âgées, de femmes, d’hommes? La population cible des centres d’aquabiking est constituée de femmes, entre 25 et 60 ans, cherchant à prendre soin d’elles.

Le second est la concurrence. Elle est de deux types : directe et indirecte. Les concurrents directs sont les autres centres d’aquabiking. La concurrence indirecte est constituée de salles de sport mais aussi d’associations proposant des activités sportives.

Si le secteur compte peu de concurrents et une population cible assez importante, il faudra partir à la recherche du local.

Choisir le local

Seconde étape : trouver le bon local. Il faudra un espace suffisant grand pour installer les bassins où seront placés les vélos, ainsi qu’un accueil, un vestiaire et un espace toilettes/douches. La réalisation de travaux afin d’agrandir des pièces ou d’en réduire d’autres sera donc parfois nécessaire. Il est essentiel de les réaliser en ayant en tête les règles d’aménagement en matière d’ERP (établissement recevant du public). Il s’agit de normes de sécurité et d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. L’agencement et l’achat du matériel ne doivent pas être oubliés.

Rédiger un business plan

Réaliser un business plan permettra de valider la solidité financière du projet. C’est un document sur lequel le banquier s’appuiera pour motiver sa décision d’accorder ou non le prêt. En effet, compte tenu des besoins de financement relativement important (droit au bail ou pas de porte, travaux, agencement, achat du matériel…), il s’avère souvent indispensable de recourir à un emprunt bancaire. Dans ce cas, l’apport personnel devra être d’au moins un tiers des besoins totaux.

Afin d’augmenter les ressources, il existe une multitude de sources de financement différentes : love money, crowdfunding, prêt d’honneur, concours à la création d’entreprise, aides de Pôle Emploi comme l’ARCE pour les demandeurs d’emploi…

Le business plan est composé des documents suivants :

  • Compte de résultat prévisionnel ;
  • Bilan prévisionnel ;
  • Plan de financement initial ;
  • Tableau de trésorerie prévisionnel ;
  • Etude de marché et étude de concurrence.

Réaliser les formalités de création

Il faudra dans un premier temps procéder au choix de la forme juridique : entreprise individuelle, EIRL, EURL, SARL, SAS, SASU, SA…Compte tenu des investissements et des recettes potentielles, il n’est pas recommandé de créer une auto-entreprise. En effet, le chiffre d’affaires y est limité. Il n’est pas non plus opportun de se tourner vers l’entreprise individuelle puisque le patrimoine de l’entrepreneur y est confondu avec le patrimoine de l’entreprise. Mieux vaut donc opter pour une société comme une SARL (ou une EURL en cas d’associé unique) ou un SAS (ou SASU en cas d’associé unique).

Les démarches administratives qui découleront de ce choix sont plus ou moins les mêmes qu’il s’agisse d’une SARL ou d’une SAS :

  • Rédaction des statuts ;
  • Publication d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales :
  • Rédaction d’un avis de non condamnation et de filiation ;
  • Réalisation du registre des bénéficiaires effectifs ;
  • Ouverture d’un compte en banque et dépôt des apports en numéraire ;
  • Réalisation de l’imprimé M0 ;
  • Éventuellement réalisation d’un état des actes accomplis pour le compte de la société en formation ;
  • Dépôt de ces différents documents au centre de formalité des entreprises.

Le coût d’ouverture d’un centre d’aquabiking

Créer un centre d’aquabiking coûte cher : entre l’achat du fonds de commerce ou du pas de porte, le paiement du loyer et des charges locatives, l’achat des cabines individuelles et des autres équipements, l’agencement et la publicité de départ pour se faire connaitre, le coût moyen de création d’un centre d’aquabiking s’élève à 120 000€. Ce coût varie ensuite en fonction de la taille du centre, de l’emplacement et du nombre de cabines. Il peut ainsi monter jusqu’à 200 000€.

A noter qu’il est recommandé d’avoir au minimum 30% en apport personnel, le reste pourra être financé via un emprunt bancaire.

Créer un centre d’aquabiking en indépendant ou  en franchise

Il est possible d’ouvrir un centre d’aquabiking en tant qu’indépendant ou en tant que franchisé. Dans le premier cas, le créateur bénéficie d’une d’indépendance dans la création de son centre puis dans la gestion.

Dans le deuxième cas, l’entrepreneur bénéficie du savoir faire et de la notoriété de la franchise ainsi que d’une aide à la création, d’une formation initiale et d’une assistance technique en cas de problèmes en contrepartie du paiement d’un droit d’entrée et de redevances.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.