Le vendeur à domicile indépendant est chargé de vendre les produits ou les services d’une société de vente directe. Il bénéficie d’un statut assez particulier, tant sur le plan social (il n’est pas salarié de l’entreprise de vente directe) que le sur le plan fiscal.

Le statut social du vendeur à domicile indépendant

Le vendeur à domicile indépendant signe un contrat avec une société de vente directe. Il n’est pas salarié de celle-ci mais est toutefois affilié à la sécurité sociale. Il doit pour cela déclarer son activité au centre de formalité des entreprises et communiquer son numéro de sécurité sociale à l’entreprise qui le transmettra ensuite aux organismes sociaux.

L’entreprise calcule trimestriellement le montant des cotisations en fonction des revenus perçus.

Enfin, il est à noter qu’il ne cotise pas aux allocations chômage et n’y a donc pas droit en cas de cessation d’activité.

Le statut fiscal du vendeur à domicile indépendant

Le vendeur à domicile indépendant est imposé à l’impôt sur le revenu et relève donc du régime BICLes BIC (bénéfices industriels et commerciaux) sont la cat... (bénéfices industriels et commerciaux) ou BNCLe régime spécial BNC est un régime d’imposition qui con... (bénéfice non commerciaux) en fonction de la nature de son activité.

Les entreprises ne dépassant pas un certain seuil de chiffre d’affaires (32 600€ pour les mandataires et 81 500€ pour les acheteurs-revendeurs – seuil 2013) peuvent bénéficier du régime de la micro-entreprise. De plus, elles peuvent également bénéficier de la franchise de TVA.

A noter que le VDI ne peut pas bénéficier du statut d’auto-entrepreneurL'’auto-entrepreneur est une forme juridique d’'entreprise....

Les critères nécessaires pour bénéficier du statut de vendeur à domicile indépendant

Afin de bénéficier du statut de vendeur à domicile indépendant, plusieurs conditions doivent être respectées. Ainsi, le vendeur à domicile indépendant ne doit pas :

  • Avoir exercé son activité durant plus de 3 ans ;
  • Avoir réalisé, durant chacune de ces 3 années, un chiffre d’affaires supérieur à 50% du plafond de la sécurité sociale (18 516€ en 2013).

Si ces critères ne sont pas respectés, le VDI devient agent commercial. Il doit alors s’inscrire au registre du commerce et des sociétés ainsi qu’au registre professionnel des agents commerciaux.

Les pièges du statut de vendeur à domicile indépendant

On entend souvent parler des avantages d’être VDI : indépendance, rémunération importante, possibilité de progression, parrainage des nouveaux vendeurs et commissions sur leurs ventes…Toutefois, le chemin pour en arriver là est long. Afin de gagner de l’argent dans ce système, il faut travailler dure et ne pas compter ses heures. Il est nécessaire de parrainer de nombreux vendeurs et que ces vendeurs parrainent à leur tour pour former ainsi une pyramide. Quant à l’indépendance, elle est à relativiser. Oui, il est possible d’aménager ses horaires mais vous devez quand même rendre compte de votre activité à la société de vente directe.

Le statut de vendeur à domicile indépendant
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *