Comptabiliser un effet de commerce chez le client

Comptabiliser un effet de commerce chez le client se fait en deux étapes. Il faut d’abord créer l’effet de commerce puis il faut saisir son règlement. A la différence de l’écriture de comptabilisation de l’effet de commerce chez le fournisseur, la notion d’escompte n’a ici pas d’impact. En effet, que l’entreprise en possession de l’effet se fasse payer plus rapidement ou non par sa banque, la date où le client règle est toujours la date indiquée sur l’effet. L’écriture de comptabilisation de l’effet de commerce est ainsi beaucoup plus simple à passer du coté client que du coté fournisseur.

Première étape pour comptabiliser un effet de commerce chez le client : la création de l’effet

L’écriture de création d’un effet de commerce chez le client est la suivante : 

DébitCrédit
401xxx (compte fournisseur)Montant TTC
403xxx (fournisseurs – effets à payer)Montant TTC

Deuxième étape pour comptabiliser un effet de commerce chez le client : la création du règlement

 L’écriture de règlement d’un effet de commerce chez le client est la suivante :

DébitCrédit
403xxx (fournisseurs – effets à payer)Montant TTC
512 (banque)Montant TTC

A la différence des écritures à passer du coté fournisseur, il n’y a pas de frais de commissions et d’intérêts bancaires qui entrent en compte. Le client paye au moment de l’échéance et pas avant.

Ces écritures valent pour tous les effets de commerce, qu’ils s’agissent de :

  • Lettres de change, aussi appelées traites ;
  • Billets à ordre ;
  • Warrants.

La comptabilisation de l’effet de commerce chez le fournisseur nécessite davantage d’écritures. Il faut en effet prendre en compte le fait qu’il peut recevoir le paiement de la facture avant la date d’échéance. Il faut alors comptabiliser des intérêts.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !