Les différences entre redressement et liquidation judiciaire

Dernière mise à jour le

Les procédures de redressement et de liquidation judiciaire s’adressent toutes deux aux entreprises qui souffrent de difficultés financières et qui sont en cessation de paiements. Toutefois, leur but est différent. Dans le premier cas il s’agira de sauver l’entreprise. Dans le second, le but est de mettre fin à l’entreprise et de vendre ses actifs pour payer son passif.

Les différences entre redressement et liquidation judiciaire : le but

Le but de la procédure de redressement judiciaire est de permettre à l’entreprise de survivre. Cela passe par l’apurement du passif, le maintien d’une majorité d’emplois même s’il peut être procédé à des licenciements économiques et éventuellement l’arrêt ou la vente de certaines activités.

Le but de la procédure de liquidation judiciaire est de mettre fin à l’activité de l’entreprise. Il sera ainsi procédé à la vente des actifs afin que l’entreprise puisse payer ses dettes. Si elles peuvent l’être, certaines branches de l’entreprise seront vendues.

Les différences entre redressement et liquidation judiciaire : l’ordre 

La liquidation judiciaire peut être la suite de la procédure de redressement judiciaire. En effet, lors du redressement judiciaire, un bilan économique et social est réalisé pendant la période d’observation. Il permettra de comprendre la nature et l’origine des problèmes.  A la fin de la période d’observation, qui dure généralement 6 mois, si les chances de sauver l’entreprise sont faibles, il pourra être décidé de basculer vers une procédure de liquidation judiciaire.

[ctalegalvision utm_campaign= »dissolution-liquidation »]

Les différences entre redressement et liquidation judiciaire : le rôle du chef d’entreprise

Lors du redressement judiciaire, le chef d’entreprise peut conserver une partie de la gestion de l’entreprise. Il peut parfois être assisté d’un administrateur judiciaire même si sa nomination n’est pas obligatoire si la société :

  • A un chiffre d’affaires inférieur à 3 millions d’euros ;
  • A moins de 20 salariés.

Certains droits que le dirigeant avait auparavant lui sont toutefois retirés. Il ne peut ainsi pas librement décider de sa rémunération et il ne peut pas vendre ses titres.

Lors d’une liquidation judiciaire, le chef d’entreprise est dessaisi de la gestion de l’entreprise. Tous les actes de gestion sont réalisés par le liquidateur judiciaire.

[Il existe une autre procédure quand l’entreprise souffre de difficultés économiques sévères : la sauvegarde. Pour en savoir plus, consultez notre article : les différences entre sauvegarde et redressement judiciaire.]

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !