Vous n’avez pas été augmenté depuis un certain temps ? Vous vous trouvez faiblement payé en comparaison des autres postes sur le marché ? Il vous semble que vous n’êtes pas rémunéré à votre juste valeur ? Pour toutes ces raisons, vous voulez négocier une augmentation de salaire ? Nous vous donnons ici des conseils pour mener à bien cette démarche et limiter vos chances de subir un revers.

Conseil n°1 pour négocier une augmentation de salaire : avoir une idée de ce qu’on peut demander

Avant toutes choses, il est utile de savoir combien on peut demander, en s’appuyant sur des chiffres solides. Pour cela, il sera nécessaire de réaliser un benchmark des salaires. Plusieurs sources de données peuvent être utilisées :

  • Analyser les études de rémunération des cabinets de recrutement qui sont régulièrement mis à jour ;
  • Regarder les salaires proposés pour des offres d’emploi à poste comparable dans une société de taille similaire ;
  • Connaitre les salaires des autres salariés qui occupent le même poste, même s’il faudra éviter de vous comparer à une personne en particulier. Vous pourriez en effet vous voir rétorquer qu’elle n’a pas la même expérience, les mêmes compétences ou que son salaire à l’embauche était plus élevé.

Vous pouvez aussi demander des avantages annexes et pas seulement une rémunération. Il peut s’agir d’un smartphone, d’un ordinateur, d’une formation, d’un bonus…

Attention toutefois, parfois cette démarche aura été vaine car pendant l’entretien il ne sera même pas question de chiffres. Il est  toutefois toujours bon d’avoir des billes en poche au cas où.

Conseil n°2 pour négocier une augmentation de salaire : choisir le bon moment

Le bon moment s’entend comme un moment propice dans l’année, où les augmentations sont décidées, et où votre manager est plus disposé à vous recevoir. Il s’entend aussi comme un moment où l’entreprise est en bonne santé. Il est donc nécessaire de connaitre certains chiffres sur l’activité et le contexte (si la société va lancer un gros projet, si elle a signé avec un client important). Mieux vaut ne pas tenter de demander une augmentation importante si l’année a été particulièrement difficile pour l’entreprise.

Si l’année est propice, il faut maintenant choisir la bonne période dans l’année. Il peut s’agir du moment où les entretiens individuels se déroulent ou en cas de prise de fonction sur un nouveau poste. L’essentiel est de prendre rendez-vous avec votre manager et de ne pas aborder le sujet sans contexte préalable établi.

Conseil n°3 pour négocier une augmentation de salaire : avoir des arguments

La première question à laquelle vous aurez droit quand vous demanderez l’augmentation est « pourquoi est ce que je devrais t’augmenter ? ». C’est à ce moment que vous pourrez ressortir les chiffres sur le benchmark réalisé. Mais il faudra aussi avoir d’autres arguments en poche. Il faut se baser sur des éléments factuels :

  • L’atteinte des objectifs ;
  • La satisfaction interne et externe procuré par votre travail ;
  • Les résultats obtenus ;
  • Les économies d’échelle réalisées ;
  • Les prises d’initiatives…

Vous pouvez aussi noter toute l’année toutes les taches réalisées en plus de celles indiquées dans votre fiche de poste en y attribuant des valeurs (gains pour l’entreprise, économies réalisées…). Ne vous contentez pas de dire « parce que je fais bien mon travail », vous ne serez pas moins bien payé si vous faites mal votre travail.

Dernier conseil : l’attitude à avoir pendant l’entretien

Mieux vaut adopter la bonne attitude pendant l’entretien : être ouvert au dialogue, ne pas se renfermer sur soi-même, être poli et bien-sûr être convaincant. Ne lancez pas d’ultimatum, ne faites pas de chantage, ne soyez pas méfiant et inversement, ne soyez pas en excès de confiance.

Vous pouvez commencer l’entretien en rappelant de quand date votre dernière augmentation et de combien elle était.

Sachez qu’il est rare d’avoir une réponse immédiate. Les augmentations sont souvent décidées à une période spécifique, en faisant le point sur l’ensemble des salariés afin de les mettre tous sur une même échelle pour éviter les situations arbitraires où un des salariés serait avantagé car ayant de bonnes relations avec son manager et un autre défavorisé dans le cas inverse.

Dans tous les cas, à l’issu de l’entretien, n’oubliez pas de remercier le manager du temps accordé et d’avoir fait le point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *