De nombreux produits invendus se retrouvent souvent à la poubelle ! Qu’il s’agisse de denrées périssables, de produits invendables car ne respectant pas le cahier des charges alors que le produit peut encore être consommé, de produits obsolètes bien qu’utilisables, les entreprises qui possèdent des produits ayant peu de chances de se vendre peuvent être tentées de les détruire. Mais elles peuvent aussi les valoriser autrement en les vendant à un destockeur. Il en existe dans de nombreux domaines : enseignes situées en périphérie des villes vendant toutes sortes de produits à prix cassés (NOZ, stokomani…), prestataires permettant de revendre à prix réduits les produits alimentaires en fin de vie (to good to go, optimiam), de nombreuses solutions sont possibles. L’avantage de vendre à un destockeur : augmenter son chiffre d’affaires et réduire son empreinte écologique.

Quels produits vendre à un destockeur ?

Ce sont les produits obsolètes ou en fin de vie qui sont généralement vendus à un destockeur.  Pour cela, l’entreprise doit être en mesure de bien gérer son stock afin de savoir quels produits doivent être destockés. Elle doit savoir combien de produits restent en stock et combien de produits se sont écoulés dans les derniers mois ou la dernière année. Cela permettra de connaitre le délai de rotation des stocks.

Par exemple, s’il reste 3 000 pièces d’un produit en stock alors qu’il s’en vend 100 dans l’année, le produit peut clairement être destocké.

En ce qui concerne les produits périssables, l’entreprise doit gérer son stock en « first in first out » c’est-à-dire que les produits qui sont mis en stock en premier doivent être vendus en premier. Cela permettra d’identifier rapidement les produits les plus vieux.

Pourquoi vendre à un destockeur ?

Le but est multiple :

  • Réduire son stock. En effet, celui-ci a un coût : il faut payer l’entrepôt (la location, les charges comme l’électricité) ainsi que les frais de manutention. Un stock qui ne se vend pas doit donc être écoulé afin de laisser place à des nouveaux produits qui auront plus de chances d’être vendus à court terme ;
  • Gagner de l’argent. Plutôt que de détruire le stock, mieux vaut le vendre, même à un prix faible. Cela permettra de couvrir a minima les frais de production mais aussi parfois certains frais fixes, comme par exemple ceux relatifs à l’entreposage.

Quand ne pas vendre à un destockeur ?

Si les produits ont encore une chance d’être vendus, même sur le long terme, à un prix « normal », les vendre à un destockeur risquerait de réduire les chances dans le futur.

Si les produits sont classés comme « luxueux », mieux vaut également ne pas les vendre à un destockeur car cela nuirait à l’image de la marque. Dans ce cas, mieux vaut faire des ventes privées plus discrètes. On n’aime pas voir un produit acheté au prix fort être revendu à prix cassé quelques temps après.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *