Les immobilisations financières

En comptabilité, quand on veut parler d’investissement, on utilise le terme immobilisation. Elle se trouve dans le bilan, à l’actif. On en distingue trois types : l’immobilisation corporelle, l’immobilisation incorporelle et l’immobilisation financière. On trouve dans cette dernière catégorie des titres de participation, des actions ou parts sociales ou encore des prêts accordés ainsi que des dépôts et des cautionnements.

Qu’est ce qu’une immobilisation financière ?

C’est un titre acquis de façon durable par l’entreprise. On attend d’elle qu’elle procure à l’entreprise un avantage économique futur. Sa valeur correspond au coût d’acquisition (ou de production).

Comptablement, elle se situe dans les actifs de l’entreprise. L’immobilisation financière est une des trois catégories d’immobilisations existantes, avec l’immobilisation corporelle et l’immobilisation incorporelle.

Pour parler dans un langage non comptable, il s’agit d’un élément du patrimoine de l’entreprise.

Quelles sont les catégories d’immobilisations financières ?

Les catégories d’immobilisations financières sont les suivantes :

  • Parts dans les entreprises liées ou créances sur des entreprises liées (compte 25) ;
  • Participations et créances rattachées à des participations (compte 26) :
    • Titres de participation (compte 261) ;
    • Titres évalués par équivalence (compte 262) ;
    • Autres formes de participation (compte 266) ;
    • Créances rattachées à des participations (compte 267) ;
    • Créances rattachées à des sociétés en participation (compte 268) ;
    • Versements à effectuer sur des titres de participation non libérés (compte 269).
  • Autres immobilisations financières (compte 27) :
    • Titres immobilisés autres que les titres immobilisés de l’activité portefeuille (compte 271) ;
    • Titres immobilisés (compte 272) ;
    • Activité portefeuille (compte 273) ;
    • Prêts (compte 274) ;
    • Dépôts et cautionnements versés (compte 275) ;
    • Autres créances immobilisées (compte 276) ;
    • Actions propres (compte 277) ;
    • Versements à effectuer sur des titres immobilisés non libérés (compte 279).

Quels sont enjeux comptables d’une immobilisation financière ?

En comptabilité, les immobilisations financières à long terme (à plus d’un an) sont distinctes des immobilisations financières à court terme.

Il existe plusieurs méthodes pour évaluer une immobilisation financière :

  • Evaluation à la valeur juste, qui correspond à la valeur en cas de vente et qui est utilisée pour celles non stratégiques ;
  • Evaluation au coût amorti, qui correspond au prix d’achat auxquels sont ajoutés les frais d’acquisition et les dépréciations éventuelles. Cette méthode est utilisée pour les celles stratégiques.

A noter que contrairement aux autres catégories d’immobilisations, les immobilisations financières ne font pas l’objet d’amortissements. Si leur valeur baisse, il est toutefois possible de les déprécier.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !