Les incubateurs d’entreprises

Les incubateurs d’entreprises sont des structures qui accompagnent les créateurs de jeunes sociétés ou les entrepreneurs encore en phase de projet. Elles leur permettent de grandir à l’abri des premiers obstacles que peuvent rencontrer les entreprises qui se créent. Elles leur offrent un hébergement à prix réduit leur permettant ainsi de minimiser les charges de début d’activité alors que les revenus ne sont pas encore au rendez-vous. Cette offre d’hébergement s’accompagne également d’autres prestations comme la mise à disposition de salles de réunion, d’une espace de documentation, d’un accès Internet ou d’une photocopieuse. Enfin, le plus important, les entreprises bénéficient d’un suivi et d’un accompagnement dans le lancement de leur activité.

Quel accompagnement offrent les incubateurs d’entreprises ?

Les incubateurs d’entreprises offrent généralement aux entrepreneurs :

  • Des conseils et d’un accompagnement pour la définition du business model, la réalisation d’un business plan, le dépôt d’un brevet, la structure juridique…;
  • Des financements, il s’agit souvent d’avances remboursables pour financer des tâches précises comme la réalisation d’une étude de marché ou le dépôt d’un brevet) ;
  • La mise en relation avec des partenaires commerciaux mais aussi avec les autres incubés ainsi que les anciens ;
  • L’intervention d’experts ;
  • Un hébergent avec accès à Internet et téléphonie ;
  • L’accès à diverses documentations ;
  • Des formations à la création et à la gestion d’entreprise ;
  • Une préparation à la levée de fonds…

A qui s’adressent les incubateurs d’entreprises ?

Les incubateurs d’entreprises s’adressent à des jeunes sociétés ou des sociétés en création. A ce titre, les incubateurs d’entreprises diffèrent des pépinières d’entreprises qui s’adressent exclusivement aux entreprises déjà créées. Tous les secteurs d’activité ne se prennent pas à intégrer un incubateur. Il accueille surtout des entreprises innovantes dans le secteur des nouvelles technologies. Elles visent donc un très grand nombre d’entreprises dans le numérique.

Quel est le fonctionnement des incubateurs d’entreprises ?

La plupart des incubateurs sont gratuits. Il existe ainsi de nombreux incubateurs liés à des écoles de commerce ou des écoles d’ingénieur. D’autres incubateurs sont publics et dépendent du ministère de l’enseignement ou sont soutenus par la commission européenne.

Les incubateurs de la recherche publique permettent d’encourager la création de sociétés innovantes grâce à la recherche publique. Il existe 21 incubateurs de la recherche publique en France et deux sociétés d’accélération du transfert de technologies. Les incubateurs sont multi sectoriels mais avec toutefois deux ou trois secteurs prédominant (secteur de la santé, technologie et l’information et de la communication…)

Enfin, certains incubateurs sont privés et ont alors une logique de rentabilité : ils prennent un pourcentage du capital de la société en espérant faire une plus-value au moment de la revente.

Quels sont les types d’incubateurs?

Il existe toutes sortes d’incubateurs. Certains sont généralistes quand d’autres sont spécialisés. Certains sont ouverts à tous, d’autres proposent des conditions d’admission plus strictes. On en recense plusieurs centaines sur tous les territoires. En voici une sélection :

Les incubateurs de la recherche publique

Ils sont aussi appelés incubateurs “Allègre”. Ils sont spécialisés dans le transfert de technologies entre les start-ups innovantes et les laboratoires de recherche publique, dans un sens comme dans l’autre.

Dans le domaine public, on peut égaler citer les incubateurs des collectivités locales et ceux du CCEI (centre européen d’entreprises et d’innovation).

Les incubateurs privés

Voici quelque uns des incubateurs les plus connus :

Les incubateurs d’écoles de commerce ou d’écoles d’ingénieur

Ils s’adressent aux élèves de ses écoles mais aussi parfois aux anciens élèves :

Les incubateurs d’entreprises

Leur objectif est multiple : favoriser l’intrapreneuriat et l’essaimage, attirer des talents et repérer les tendances :

Comment intégrer un incubateur d’entreprises ?

Afin d’intégrer un incubateur d’entreprises public, le projet de création doit être adossé à un laboratoire de recherche public ou il doit être le gagnant d’un concours organisé par le ministère de l’enseignement. Il s’agit dans ce cas exclusivement de projets à caractère innovant.

Afin d’intégrer un autre type d’incubateur d’entreprises (école de commerce ou d’ingénieur, incubateur privé), il faut généralement déposer un dossier et passer un entretien devant un jury.

Comment sortir d’un incubateur d’entreprises?

En général, les porteurs de projet restent environ deux ans en incubateur. Ce laps de temps permet de bien ficeler le projet avant son lancement. Une fois la société créée, elle peut y rester encore quelques mois avant de prendre son envol. Elle pourra alors intégrer une pépinière, qui s’adresse à des entreprises qui sont créées depuis moins d’un an. Elles bénéficieront dans cette structure des mêmes avantages que dans un incubateur : un hébergement et des services à prix réduit, un accompagnement, un échange avec les autres entreprises de la pépinière…

Autre possibilité si l’entreprise estime qu’elle n’a plus besoin d’être accompagnée mais qu’elle souhaite partager des bureaux : s’installer dans un espace de coworking ou domicilier son entreprise dans un centre d’affaires.

Incubateurs, accélérateurs, pépinières, couveuses, quelles différences?

La frontière entre un accélérateur et un incubateur est assez mince. L’objectif est le même : aider les entreprises, souvent les startups, c’est-à-dire celles ayant de fortes perspectives de croissance, à décoller. Première différence : l’accélérateur est un organisme privé. L’incubateur peut être public ou privé. Ensuite, l’objectif des accélérateurs est d’accompagner les phases de croissance et de levée de fonds. L’incubateur cherchera davantage à accompagner la réflexion de l’entrepreneur. L’incubateur a également vocation à rester moins longtemps qu’un incubateur, même si la durée tend à s’allonger. Enfin, il va se rémunérer en prenant une participation des les entreprises puis en revendant leurs parts. Ils sont à mi-chemin entre l’incubateur et le fonds d’investissement.

En ce qui concerne la différence entre incubateur, pépinière et couveuse, elle se situe davantage au moment où chaque acteur intervient :

  • Les incubateurs interviennent en phase de création de la société ou pour celles récemment créées ;
  • Les couveuses interviennent uniquement en phase de création de la société. D’ailleurs le fonctionnement est assez différent des autres puisque l’entrepreneur n’est pas indépendant au sens juridique du terme mais salarié de la couveuse ;
  • Les pépinières interviennent quand la société est déjà créée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.