Les charges financières d’une entreprise

Dernière mise à jour le

Les charges financières sont liées aux choix de l’entreprise en matière de financement. Elles sont à distinguer des charges exceptionnelles et des charges d’exploitation dans l’analyse du résultat. Elles doivent être comptabilisées spécifiquement.

Que sont les charges financières d’une entreprise ?

Les charges financières sont le reflet des politiques de financement de l’entreprise et de sa situation financière. Ainsi, elles varient en fonction du niveau d’emprunt et des taux d’intérêts. Elles permettent de rémunérer les ressources d’emprunt c’est-à-dire les sommes empruntées auprès des banques et des comptes courants d’associés ainsi que les escomptes commerciales.

Il est important de les suivre et de les analyser afin de les maîtriser. En effet, des charges non contrôlées peuvent engendrer une dégradation de la marge.

Charges financières, charges exceptionnelles, charges d’exploitation, quelles différences?

Les charges d’une entreprise sont classées en trois catégories :

  • Charges financières : elles sont le reflet des politiques de financement de l’entreprise ;
  • Charges exceptionnelles : elles sont liées à des événements non récurrents comme le paiement de majorations fiscales ou le reglement de charges liées à la fermeture d’un site ;
  • Charges d’exploitation : elles sont directement liées à la gestion courante de l’entreprise c’est-à-dire à la réalisation du service, à la fabrication du produit ou à la vente de la marchandise.

Il est important d’analyser et de suivre les trois séparément afin de comprendre de quoi est constitué le résultat de l’entreprise.

Comment sont comptabilisées les charges financières d’une entreprise ?

Elles sont comptabilisées dans les comptes suivants :

661 – Charges d’intérêts

  • 6611 : intérêts des emprunts et des dettes : il s’agit des intérêts payés à l’occasion d’un emprunt bancaire. Les échéances de remboursement comprennent le paiement des intérêts et l’amortissement du capital (qui est enregistré au bilan) ;
  • 6615 : intérêts des comptes courants et dépôts créditeurs : les associés peuvent « prêter » de l’argent à l’entreprise. C’est souvent le cas au moment de la création de l’entreprise, quand les associés avancent de l’argent. Ils peuvent ensuite se faire rembourser moyennant au passage le paiement d’intérêts ;
  • 6616 : intérêts bancaires et intérêts sur opération de financement (agios, intérêts d’escomptes) : sont comptabilisés ainsi le paiement des agios en cas de découvert bancaire et autres crédits de trésorerie comme la facilité de caisse et le crédit de campagne ;
  • 6618 : intérêts des autres dettes : il s’agit ici du paiement des pénalités facturées par les clients en cas de retard de reglement.

664 – Pertes sur créances rattachées à des participations

Sont comptabilisées ici les créances irrécouvrables liées à des immobilisation financières (participations).

665 – Escomptes accordés

Une baisse de prix, en échange du paiement anticipé d’une créance, peut être prévue dans les conditions générales de vente. Si un client décide d’appliquer cet escompte, la baisse de prix consentie est enregistrée en compte 665.

666 – Pertes de change (différence négative de change)

Ce compte est utilisé pour les entreprises qui importent ou exportent des produits dans des devises autres que l’euro. Elles sont, si elles n’ont pas souscrit une couverture, soumises aux risques de change. Ainsi, elles peuvent perdre, ou au contraire gagner de l’argent en fonction des variations de cours de change.

En effet, 1€ peut être égal à 1,10$ et quelques jours égal à 1,09$ ou à un 1,11$. Appliqué à des factures de montant relativement important, l’effet peut être significatif.

On constatera alors une perte de change dans les cas suivants :

  • En cas d’achat, le cours s’est amélioré entre la facture et le paiement et il faut davantage d’euros pour régler le fournisseur ;
  • En cas de vente, le cours s’est dégradé entre la facture et le paiement et il faut moins d’euros pour être payé.

667 – Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement

Les VMP (valeurs mobilières de placement) sont des titres à court terme. En cas de vente à un prix plus faible que celui d’achat, la perte s’enregistre dans le compte 667.


Cet article pourrait vous intéresser :

Les charges d’une entreprise

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !