Gérer un magasin d’antiquité ou une brocante

Gérer un magasin d’antiquité ou une brocante requiert des compétences et des qualifications spécifiques ainsi que le respect de certaines règles et normes. Comme pour tous les commerces, il faudra également avoir une attention toute particulière sur la gestion des salariés ainsi que l’approvisionnement et le stockage.

Quelles sont les qualités à avoir pour gérer un magasin d’antiquité ou une brocante ?

Afin d’être brocanteur/antiquaire, il faut :

  • Avoir un bon relationnel tant pour négocier avec les fournisseurs que pour vendre aux clients.
  • Contrairement aux commerces classiques, les fournisseurs ici sont majoritairement des particuliers. Il faudra alors savoir débusquer les bonnes affaires, se lever tôt les dimanche matin pour écumer les vide-greniers, repérer les pépites dans des sites de ventes d’occasion comme le bon coin ou être à l’affût des vide-maisons ;
  • Fidéliser ses clients : il faut faire revenir les clients qui sont déjà venus. Il peut alors être essentiel de construire un fichier client, tout en respectant les règles RGPD. Vous pourrez alors être à même de connaitre leurs goûts et de les prévenir si une nouvelle pièce arrivant en stock serait susceptible de compléter la collection ;
  • Avoir de solides connaissances en art, tableaux, meubles, métaux…
  • Etre doté d’un savoir faire technique afin de réparer et de sublimer les biens. Sinon, il peut faire appel à des prestataires extérieurs comme des artisans d’art (bronzier, céramiste,  relieur-doreur…)

Quelles sont les règles spécifiques à respecter pour gérer un magasin d’antiquité ou une brocante ?

Des règles spécifiques liées  à la vente d’objets d’occasion doivent être suivies.

Les registres à tenir

Le brocanteur/antiquaire doit :

  • Tenir un registre de police, aussi appelé registre de brocante, contenant une description des objets acquis et le nom des vendeurs ;
  • Tenir un registre des achats, ventes, réceptions et livraisons des objets en or, argent, platine et autres métaux précieux ;
  • Réaliser une déclaration annuelle d’achat de métaux.

La TVA sur marge

Enfin, au niveau des spécificités des règles administratives, le brocanteur/antiquaire doit appliquer un système de TVA sur marge. Il s’agit d’une méthode qui s’applique aux professionnels réalisant une grande majorité de leurs achats auprès de particuliers et qui ne peuvent de ce fait pas déduire de TVA. Afin de ne pas les pénaliser, ils collectent de la TVA non pas sur leurs ventes mais sur leurs marges.

L’aménagement du magasin et le commerce ambulant

Le brocanteur/antiquaire peut soit effectuer son métier en magasin soit dans des foires ou des brocantes, voire les deux :

  • Si le brocanteur/antiquaire exerce son métier en magasin, il devra respecter des règles en matière d’aménagement et de sécurité. En effet, en tant qu’établissement recevant du public, le magasin doit être accessible aux personnes handicapées et il doit respecter des normes de protection en cas d’incendie. En outre, s’il diffuse de la musique, il devra réaliser les déclarations obligatoires auprès de la SACEM ;
  • Si le brocanteur/antiquaire exerce son métier dans des foires ou des brocantes, il devra obtenir une carte qui lui permettra d’exercer une activité ambulante. Il devra également obtenir une autorisation d’occuper temporairement le domaine public.

Comment se démarquer de la concurrence?

Afin de se démarquer de la concurrence, l’antiquaire peut se spécialiser dans un secteur ou dans une époque très précise : objets d’art du XVIIème siècle, anciens jouets, objets d’art asiatique, tableaux…Sa clientèle ne se limite plus alors à son secteur géographique mais devient vite nationale voir internationale.

Il doit alors être particulièrement visible sur Internet, avoir son propre site, présenté les biens sous leur meilleur jour et utiliser les réseaux sociaux.

Quelles sont les règles générales à respecter quand on gère son propre magasin?

Quand on gère son propre magasin, il est essentiel d’être touche-à-tout et d’avoir des notions de matière de :

  • Gestion du personnel :
    • Recruter les salariés et les fidéliser ;
    • Réaliser les déclarations obligatoires à l’embauche (DPAE, contrat de travail…) ;
    • Instaurer un bon climat social ;
    • Respecter les obligations sociales : affichage obligatoire, rédaction du DUERP, règles en matière de représentation du personnel, visites médicales régulières…
  • Gestion comptable et fiscale :
    • Tenue d’une comptabilité : établissement annuel du compte de résultat, du bilan et des annexes ;
    • Déclarations fiscales : TVA, CET (composée de la CVAE et de la CFE), impôt sur les bénéfices (IS ou IR)…
    • Formalités juridiques : dépôt des comptes annuels, tenue d’une assemblée générale annuelle…
  • Respect des obligations liées à la vente : information du consommateur, affichage des prix, droit de rétractation…
  • Gestion du stock et mise en place d’actions pour écouler les invendus ;
  • Gestion de la caisse et application des règles de contrôle interne.
Donnez une note à cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.