Qu’est ce que l’EBIT ?

L’EBIT signifie Earnings Before Interest and Taxes soit en français Bénéfice Avant Intérêts et Impôts. Il est l’équivalent du REX (résultat d’exploitation) en norme comptable française. C’est un indicateur comptable et financier qui permet de mesurer la capacité de l’entreprise à générer une perte ou un bénéfice à partir de son activité. Comment calculer l’EBIT ? Comment l’analyser ?

Comment calculer l’EBIT ?

L’EBIT se calcule en déduisant du chiffre d’affaires les charges d’exploitation c’est-à-dire :

Vente de marchandises
– Coût d’achat des marchandises vendues
+ Production vendue et production immobilisée
+ ou – production stockée
– consommations en provenance de tiers
+ subventions d’exploitation
– salaires et charges sociales
– impôt et taxes (hors impôt sur les sociétés)
+ ou – autres charges et produits d’exploitation
– dotations aux amortissements, provisions et dépréciation d’exploitation
+ reprises d’amortissements, provisions et dépréciation d’exploitation.
=EBIT

Il fait ainsi partie des SIG (soldes intermédiaires de gestion) et vient après :

  • La marge commerciale ;
  • La valeur ajoutée ;
  • L’EBE (excédent brut d’exploitation).

On peut aussi le calculer indirectement à partir du résultat net :

Résultat net
+ impôts sur les sociétés
+ / – résultat exceptionnel
+ / – résultat financier
= EBIT

On peut aussi calculer la marge d’exploitation, c’est-à-dire le ratio entre EBIT / chiffre d’affaires.

Comment l’analyser ?

L’EBIT est un indicateur qui permet de connaitre la rentabilité économique « réelle » d’une entreprise c’est-à-dire sans prendre en compte :

  • Le résultat financier (charges et produits financiers) lié aux choix de l’entreprise en matière de financement mais aussi à certains risques liés aux taux de change pour les entreprises réalisant des opérations commerciales dans des devises autres que l’euro ;
  • Le résultat exceptionnel qui, comme son nom l’indique, traduit des événements qui ne sont pas en rapport avec la gestion courante de l’entreprise comme par exemple la cession d’une immobilisation ;
  • L’impôt sur les bénéfices.

L’EBIT sert donc à déterminer la capacité de l’entreprise à générer un bénéfice ou une perte à partir de son activité principale.

A ce titre, il est utile pour comparer l’activité d’une année sur l’autre ou pour comparer deux sociétés.

Attention toutefois, il n’existe pas de définition normalisée de l’EBIT et les comparaisons ont donc leurs limites. Ainsi, d’un pays à un autre, ou même d’une société à une autre, les classes comptables prises en compte ne sont pas toujours les mêmes.

Quelles différences entre EBIT, EBE, EBITDA et EBITDAR ?

A la différence de l’EBIT :

  • L’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) qui correspond en normes françaises à l’EBE (Excédent Brut d’Exploitation) ne prend pas en compte les écritures de dotations ou de reprises d’amortissements, de provisions et de dépréciation ainsi que les autres charges et produits d’exploitation. L’EBITDA/EBE est un indicateur qui permet d’éviter de prendre en compte la stratégie d’amortissement et d’investissement de l’entreprise dans les différentes analyses ;
  • L’EBITDAR (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, Amortization and Rent) ne prend pas en compte les écritures de dotations ou de reprises d’amortissements, de provisions et de dépréciation ainsi que les autres charges et produits d’exploitation et les loyers divers.
Donnez une note à cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.