Saisir les écritures de stock

Une entreprise, si elle ne travaille pas en flux-tendu, possède des stocks. Ils lui serviront à faire face à la demande des clients. Les stocks sont inscrits à l’actif au bilan de l’entreprise. C’est pourquoi il convient de les compter chaque année et de les valoriser. Ils peuvent également être dépréciés si leur valeur baisse. Au niveau du compte de résultat, il faut enregistrer une écriture de variation de stock. Nous faisons le point ici sur les écritures de stock à passer en comptabilité.

Le fonctionnement des écritures de stock

Il faut comptabiliser le stock final et la variation de stock au cours de l’année.

Les écritures de stock au bilan

Au bilan, le stock final est indiqué chaque année au moment de la clôture des comptes. Il s’agit d’un élément du patrimoine de l’entreprise et il est donc inscrit à l’actif au bilan.

La valeur finale du stock s’obtient en réalisant un inventaire, c’est-à-dire en comptant le nombre de produits de chaque référence. Il existe plusieurs types d’inventaires : l’inventaire physique annuel, l’inventaire permanent et les inventaires tournants.

Ces quantités sont ensuite multipliées par la valeur unitaire de chaque référence. Cette valeur peut être obtenue par plusieurs méthodes :

  • Le CUMP (coût unitaire moyen pondéré) ;
  • Le LIFO (last in, first out).

S’il est constaté une perte de valeur de stock, en raison des faibles probabilités de le vendre ou de leur obsolescence, il faut passer une écriture de dépréciation.

Les écritures de stock au compte de résultat

En comptabilité, c’est le coût d’achat des marchandises vendues qui doit être comptabilisé et non le coût d’achat des marchandises achetées. Cela signifie que si l’entreprise n’a pas consommé tout ce qu’elle a acheté au cours d’un exercice elle doit le constater en comptabilité.

Les comptes à utiliser

Les comptes à utiliser vont dépendre du type de stock :

Comptes au bilan : 

  • Matières premières : compte 31 ;
  • Autres approvisionnements : compte 32 ;
    • Matières consommables : compte 321 ;
    • Fournitures consommables : compte 322 ;
    • Emballages : compte 326 ;
  • Marchandises : compte 37.

Comptes au compte de résultat :

  • Variation de stocks de matières premières : 6031 ;
  • Variation de stocks d’autres approvisionnements : 6032 ;
  • Variation de stocks de marchandises : 6037.

L’annulation du stock initial

La première étape est d’annuler le stock du début d’exercice. L’écriture d’annulation du stock initial est la suivante :

DébitCrédit
603 Variation des stocks : valeur finale du stock de N-1
Compte de classe 3 (stock) : valeur finale du stock de N-1

La constatation du stock final

L’écriture de comptabilisation du stock final est la suivante :

DébitCrédit
Compte de classe 3 (stock) : valeur finale du stock de N
603 Variation des stocks : valeur finale du stock de N

Ces deux écritures de stock apparaissent ainsi à la fois :

La comptabilisation de la dépréciation

L’écriture de dépréciation des stocks est la suivante :

DébitCrédit
68173 – Dépréciation des stocks et en-cours
39 – Provision pour dépréciation des stocks et en-cours

Si le stock est ensuite vendu à un prix résiduel, donné ou détruit, il convient de passer une écriture de reprise :

DébitCrédit
39 – Provision pour dépréciation des stocks et en-cours
78173 – Reprise sur provision pour dépréciation des stocks et en-cours

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.