Le découvert est un crédit accordé à une entreprise par sa banque en cas de difficultés de trésorerie temporaires. Il faut toutefois faire une différence entre celui autorisé et celui non autorisé. Le premier est formalisé entre l’entreprise et la banque. Le second est une autorisation exceptionnelle de la banque. Le découvert est également différent du crédit de campagne et de la facilité de caisse. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le découvert, son but, son obtention et son coût.

Qu’est ce qu’est le découvert ?

Il y a deux types de découvert : autorisé et non autorisé. Dans le premier cas, l’entreprise et la banque se mettent d’accord au préalable. Dans le second cas, il s’agit d’une autorisation ponctuelle sans accord préalable. La banque accepte exceptionnellement de payer une dette même si l’entreprise n’a pas suffisamment d’argent sur son compte. L’accord de la banque dépend des relations qu’elle a avec le client et du profil de l’entreprise (fréquence des incidences de paiement, solidité financière). Bien entendu, le découvert non autorisé coûte beaucoup plus à l’entreprise. A noter également que si le solde du découvert autorisé passe en dessous de ce qui est prévu avec la banque, il devient non autorisé.

Intéressons-nous au premier cas : le découvert autorisé. Il s’agit d’un crédit à court terme accordé par une banque à une entreprise cliente afin qu’elle puisse continuer à payer ses charges (factures fournisseurs, salaires et charges sociales, impôts et taxes…) lorsqu’elle a des difficultés de trésorerie occasionnelles comme des décalages de trésorerie. Il n’a toutefois ni vocation à durer sur le long terme ni vocation à financer des investissements. En cas d’investissements à réaliser, l’entreprise doit souscrire un prêt sur le moyen ou long terme.

Le découvert est également différent de la facilité de caisse et du crédit de campagne. La facilité de caisse est une tolérance de la banque qui accepte que l’entreprise soit débitrice quelques jours dans le mois (elle doit être dans le vert au moins 15 jours par mois). Le crédit de campagne permet de financer des activités saisonnières avec des charges réparties toute l’année et des revenus condensés sur une période.

[Pour en savoir plus, consultez notre article sur les crédits de trésorerie].

Comment obtenir un découvert ?

Afin d’obtenir un découvert autorisé, le banquier doit étudier des documents de l’entreprise. Il s’agit principalement du budget prévisionnel de trésorerie détaillé ainsi que du bilan et du compte de résultat des dernières années. Une fois ces documents analysés, si le banquier donne sa validation, un accord écrit est passé entre la banque et l’entreprise sur les conditions du crédit autorisé (montant, durée et taux).

Chaque année, l’entreprise remet au banquier les documents de l’année écoulée et le prévisionnel de la prochaine année afin de décider ou non du renouvellement du découvert et des conditions.

Combien coûte-t-il ?

Un découvert coûte cher à l’entreprise, plus cher qu’un crédit bancaire classique. Il faut toutefois distinguer le découvert autorisé du non autorisé, qui coûte beaucoup plus cher que le premier.

Découvert autorisé

  • Les taux d’intérêts des agios sont assez élevés : en moyenne entre 8% et 16% avec parfois une franchise si le montant est trop faible ;
  • Les frais de dossiers sont appliqués : ils peuvent être fixes (ils vont alors en général de 5€ à 80€ par an) ou variables (un pourcentage du découvert autorisé, avec un plancher minimum).

Découvert non autorisé

En plus des frais ci-dessus :

  • Des commissions d’intervention sont prélevées à chaque opération qui place l’entreprise dans cette situation. Le montant des frais de commission d’intervention est toutefois limité depuis le 1er janvier 2014. La limité est fixée à 8€ par paiement et à 80€ de montant total par mois.
Le découvert
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *