Un vide grenier permanent ce n’est ni vraiment un dépôt vente, ni un magasin d’occasion. Il s’agit d’un nouveau concept, qui grandit en notoriété d’années en années et qui voit le nombre de création d’entreprises dans le domaine croître significativement. De quoi s’agit-il exactement ? Quel est le business modèle ? Quels sont les avantages pour les vendeurs ? Quels sont les facteurs clés de succès ? Et surtout comment créer un vide grenier permanent ? Nous vous disons ici tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Qu’est ce qu’un vide grenier permanent ?

Dans un vaste entrepôt, des boxs sont mis à destination des exposants. Sauf qu’il n’y a pas d’exposants, les vendeurs laissent leurs produits sur les étagères et les portants, collent des étiquettes pour fixer le prix puis s’en vont. Ils reviennent de temps en temps pour ajouter des nouveaux produits quand de la place s’est libérée avec les ventes réalisées. Ils louent l’emplacement pour une semaine ou parfois un peu plus.

En contrepartie, la personne qui tient le vide grenier permanent touche une commission, de l’ordre de 25% des ventes, ainsi qu’un prix fixe pour la location de l’emplacement (10-15€ par semaine).  Sur le prix unitaire, il ne touche pas grand-chose, sachant que les produits vendus dans ce type d’endroit sont de l’ordre de quelques euros. La rentabilité se fait surtout sur le volume étant donné qu’un entrepôt comporte une centaine de boxs.

Quels sont les avantages à vendre sur un vide grenier permanent ?

Les avantages pour ceux qui mettent en vente leur produits sont nombreux :

  • Il n’est pas nécessaire de rester sur place et d’attendre toute une journée pour faire des ventes ;
  • Le vide grenier permanent, contrairement à un vide grenier classique n’est pas soumis aux aléas climatiques ;
  • L’amplitude horaire est plus large et surtout le vide grenier est ouvert plusieurs jours dans la semaine.

Quels sont les facteurs clés de succès et quel est le business modèle ?

L’occasion a le vent en poupe et plutôt que d’acheter neuf, de nombreux consommateurs se tournent vers les produits de seconde main. Le concept de vide grenier surfe sur cette vague et il n’est parfois même pas nécessaire de faire de la communication à l’ouverture du magasin. Une enseigne, puis le bouche à oreille suffisent à faire venir les clients.

Mais pour que le vide grenier permanent fonctionne, il faut maximiser le taux de remplissage des boxs, et le nombre de produits dans chaque box, car tout se fait sur le volume. Comme dans la fast fashion, mais en beaucoup plus écologique, l’idée est de renouveler les produits proposés assez fréquemment pour faire venir les clients.

Dans ce genre de modèle économique, les charges fixes doivent être les plus faibles possibles. C’est pour cela que les entrepôts sont généralement situés en périphérie des villes, où le prix au m2 est moins élevé.

De même, les charges de personnel doivent être réduits au maximum et les salariés doivent surtout tenir la caisse. L’entreposage et l’étiquetage se font par les particuliers vendeurs.

Les investissements se limitent à un droit au bail éventuel et parfois quelques mois de loyers d’avance. Il n’y a pas d’avance de trésorerie à réaliser, ni de constitution de stock, puisqu’il n’y a pas d’achats à prévoir.

Comment créer un vide grenier permanent ? 

Le projet d’ouverture 

La première étape est de réfléchir à la zone de chalandise, c’est-à-dire là d’où viendront la majorité des clients. La zone doit être assez peuplée et le nombre de concurrents présents limité, voire inexistant. Une fois cette zone définie, il faudra trouver un entrepôt qui soit assez grand pour accueillir tous les boxs prévus. L’avantage est qu’il n’est pas nécessaire de l’aménager et de le décorer outre mesure. Il faudra seulement installer des boxs, avec des étagères et éventuellement des portants pour que les clients puissent installer leurs produits. Il faudra aussi prévoir un espace pour installer la caisse. Seule nécessité, respecter les règles d’accessibilité et de sécurité en tant qu’ERP (établissement recevant du public).

La réalisation du business plan

En cas de recours à un prêt bancaire, la réalisation du business plan sera une étape incontournable. Il s’agira alors de fournir au banquier un document sur lequel il peut se baser pour octroyer l’emprunt bancaire. Le business plan fera apparaitre :

  • Une partie rédactionnelle avec présentation du projet et du porteur de projet ;
  • Une partie financière avec un compte de résultat et un bilan prévisionnel, un plan de financement initial et un tableau de trésorerie prévisionnel.

Quelles sont les formalités à effectuer pour ouvrir un vide grenier permanent ?

La forme juridique

Compte tenu du chiffre d’affaires potentiel, et de la nécessité de louer un entrepôt, l’auto-entreprise est à exclure. En effet, ce statut n’est plus possible quand le chiffre d’affaires est supérieur à 170 000€. De plus, il n’assure pas une crédibilité assez forte auprès des tiers (banquier, bailleur…)

L’entreprise individuelle n’est pas souhaitable non plus car le patrimoine de l’entrepreneur y est confondu avec le patrimoine de l’entreprise.

Mieux vaut se tourner vers une société comme :

  • La SARL (s’il y a plusieurs associés) ou l’EURL (s’il n’y en a qu’un) ;
  • La SAS (s’il y a plusieurs associés) ou la SASU s’il n’y en a qu’un).

Dans ces formes juridiques, la responsabilité des associés est limitée à leurs apports dans la société.

Simplifiez vos démarches de création de société Créer ma société

Les formalités juridiques

Créer une société nécessite la réalisation de démarches administratives :

  • Rédaction des statuts ;
  • Publication d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales ;
  • Ouverture d’un compte bancaire et dépôt du capital. Le créateur se verra alors remettre une attestation de dépôt de capital ;
  • Rédaction d’un avis de non condamnation et de filiation ;
  • Remplissage du document M0 ;
  • Éventuellement rédaction d’un état des actes accomplis pour le compte de la société en formation ;
  • Rédaction du registre des bénéficiaires effectifs ;
  • Rédaction d’un avis de nomination de la première gérance ou présidence si le dirigeant n’est pas nommé dans les statuts.

Tous ces documents devront être remis au centre de formalité des entreprises ainsi que :

  • Une copie de la pièce d’identité du dirigeant ;
  • Un justificatif de domicile pour attester du siège social ;
  • Deux chèques adressés au greffe : un pour l’immatriculation, l’autre pour le registre des bénéficiaires effectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *