Créer un vide grenier permanent

Dernière mise à jour le 9 mai 2023

Un vide grenier permanent ce n’est ni vraiment un dépôt vente, ni un magasin d’occasion. Il s’agit d’un nouveau concept, qui grandit en notoriété d’années en années et qui voit le nombre de création d’entreprises dans le domaine croître significativement. De quoi s’agit-il exactement ? Quel est le business modèle ? Quels sont les avantages pour les vendeurs ? Quels sont les facteurs clés de succès ? Et surtout comment créer un vide grenier permanent ? Nous vous disons ici tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Qu’est-ce qu’un vide grenier permanent ?

Dans un vaste entrepôt, des box sont mis à destination des exposants. Sauf qu’il n’y a pas d’exposants, les vendeurs laissent leurs produits sur les étagères et les portants, collent des étiquettes pour fixer le prix puis s’en vont. Ils reviennent de temps en temps pour ajouter des nouveaux produits quand de la place s’est libérée avec les ventes réalisées. Ils louent l’emplacement pour une semaine ou parfois un peu plus.

En contrepartie, la personne qui tient le vide grenier permanent touche une commission, de l’ordre de 25% à 30% des ventes, ainsi qu’un prix fixe pour la location de l’emplacement (10-15€ par semaine).  Sur le prix unitaire, il ne touche pas grand-chose, sachant que les produits vendus dans ce type d’endroit sont de l’ordre de quelques euros. La rentabilité se fait surtout sur le volume étant donné qu’un entrepôt comporte une centaine de box.

Quels sont les avantages à vendre sur un vide grenier permanent ?

Les avantages pour ceux qui mettent en vente leur produits sont nombreux :

  • Il n’est pas nécessaire de rester sur place et d’attendre toute une journée pour faire des ventes ;
  • Le vide grenier permanent, contrairement à un vide grenier classique n’est pas soumis aux aléas climatiques ;
  • L’amplitude horaire est plus large et surtout le vide grenier est ouvert plusieurs jours dans la semaine.


Quels sont les facteurs clés de succès et quel est le business modèle ?

L’occasion a le vent en poupe et plutôt que d’acheter neuf, de nombreux consommateurs se tournent vers les produits de seconde main. Le concept de vide grenier surfe sur cette vague et il n’est parfois même pas nécessaire de faire énormément de communication à l’ouverture du magasin. Une enseigne, puis le bouche-à-oreille suffisent à faire venir les clients.

Toutefois, pour que le vide grenier permanent fonctionne et soit rentable, il faut maitriser certains aspects économiques :

  • Maximiser le taux de remplissage des box, et le nombre de produits dans chaque box, car la marge se fait sur le volume. Un box vide signifie que les charges ne sont pas compensées par les revenus. Comme dans la fast fashion, (mais en plus écologique), l’idée est de renouveler les produits proposés assez fréquemment pour faire venir les clients ;
  • Limiter les charges fixes, qui doivent être les plus faibles possibles. C’est pour cela que les entrepôts sont généralement situés en périphérie des villes, où le prix au m2 est moins élevé.
  • De même, les charges de personnel doivent être réduits au maximum et les salariés doivent surtout tenir la caisse. L’entreposage et l’étiquetage se font par les particuliers vendeurs.

Les investissements se limitent à un droit au bail éventuel et parfois quelques mois de loyers d’avance. Il n’y a pas d’avance de trésorerie à réaliser, ni de constitution de stock, puisqu’il n’y a pas d’achats à prévoir.

Focus sur la franchise
Le concept a le vent en poupe et on compte de plus en plus de franchises de vide-greniers permanent. A la clé pour les franchisés : une aide au démarrage puis dans la gestion au quotidien, et la notoriété d’une marque. En contrepartie, le franchisé s’engage à respecter les règles du franchiseur et à lui verser des royalties sur son chiffre d’affaires ainsi qu’un droit d’entrée.

Comment créer un vide grenier permanent ? 

La zone de chalandise

La première étape est de réfléchir à la zone de chalandise, c’est-à-dire là d’où viendront la majorité des clients. La zone doit être assez peuplée et le nombre de concurrents présents limité, voire inexistant. Il est nécessaire, à ce stade du projet, de réaliser une étude de marché, afin d’analyser la clientèle potentielle mais aussi le nombre de concurrents présents :

  • Côté clientèle, il faut trouver une zone où les personnes sont enclines à fouiller dans des box pas forcément bien rangés pour y trouver la perle rare ;
  • Côté concurrents, il est nécessaire de lister tous les acteurs déjà présents dans le secteur. A ce titre, il sera intéressant de distinguer les concurrents directs (les autres vide-greniers permanents) des indirects comme les dépôts-vente.

Si l’étude révèle une forte demande des clients et peu, voire pas d’acteurs sur le secteur à proximité, alors tout est vert et le projet pourra se lancer. Dans le cas contraire, il faudra chercher un autre emplacement.

Le projet d’ouverture 

Une fois cette zone définie, place à la recherche d’un entrepôt suffisamment grand pour accueillir tous les box prévus. Mieux vaut également disposer d’un parking assez spacieux à proximité, afin de permettre aux clients de repartir facilement avec leurs trouvailles, et aux vendeurs de réassortir leurs stands.

Une fois le local trouvé, place à l’agencement. L’avantage est qu’il n’est pas nécessaire de l’aménager et de le décorer outre mesure. Il faudra seulement installer des box, avec des étagères et éventuellement des portants pour que les clients puissent installer leurs produits. A noter qu’un espace doit être prévu pour y installer la caisse, ainsi qu’éventuellement des cabines d’essayage afin de permettre aux clients de pouvoir essayer les vêtements.

Seule nécessité à prendre en compte dans l’aménagement : respecter les règles d’accessibilité et de sécurité en tant qu’ERP (établissement recevant du public). Ainsi, le local doit permettre l’accès aux personnes à mobilité réduite, qui doivent pouvoir y pénétrer et y circuler. Autre volet : des règles de sécurité, relatives à l’évacuation, à la prévention et à la protection en cas de danger, notamment d’incendie, doivent être respectées.

Créer un vide grenier permanent

La réalisation du business plan

En cas de recours à un prêt bancaire, la réalisation du business plan sera une étape incontournable. Il s’agira alors de fournir au banquier un document sur lequel il peut se baser pour octroyer l’emprunt bancaire. Le business plan fera apparaitre :

  • Une partie rédactionnelle avec la présentation du projet et du porteur de projet. Il reprendra également les éléments clés de l’étude de marché ;
  • Une partie financière avec :
    • Un compte de résultat prévisionnel détaillant les revenus et les charges composant le résultat pour les premières années ;
    • Un bilan prévisionnel, qui est le reflet du patrimoine de l’entreprise à chaque fin d’année ;
    • Un plan de financement initial, faisant état des besoins de financement (par exemple des investissements) et des ressources (apport personnel, subventions, prêt d’honneur…) ;
    • Un tableau de trésorerie prévisionnel, indiquant mois par mois le solde de trésorerie, obtenu via la projection des décaissements et des encaissements.

Quelles sont les formalités à effectuer pour ouvrir un vide grenier permanent ?

La forme juridique

Compte tenu du chiffre d’affaires potentiel, et de la nécessité de louer un entrepôt, l’auto-entreprise est à exclure. En effet, ce statut n’est plus possible quand le chiffre d’affaires est supérieur à 170 000€. De plus, il n’assure pas une crédibilité assez forte auprès des tiers (banquier, bailleur…)

L’entreprise individuelle n’est pas souhaitable non plus car le patrimoine de l’entrepreneur y est confondu avec le patrimoine de l’entreprise.

Mieux vaut se tourner vers une société comme :

  • La SARL (s’il y a plusieurs associés) ou l’EURL (s’il n’y en a qu’un) ;
  • La SAS (s’il y a plusieurs associés) ou la SASU s’il n’y en a qu’un).

Dans ces formes juridiques, la responsabilité des associés est limitée à leurs apports dans la société.

Les formalités juridiques

Créer une société nécessite la réalisation de démarches administratives :

  • Rédaction des statuts ;
  • Publication d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales ;
  • Ouverture d’un compte bancaire et dépôt du capital. Le créateur se verra alors remettre une attestation de dépôt de capital ;
  • Rédaction d’un avis de non condamnation et de filiation ;
  • Remplissage du document M0 ;
  • Éventuellement rédaction d’un état des actes accomplis pour le compte de la société en formation ;
  • Rédaction du registre des bénéficiaires effectifs ;
  • Rédaction d’un avis de nomination de la première gérance ou présidence si le dirigeant n’est pas nommé dans les statuts.

Tous ces documents devront être remis au centre de formalité des entreprises ainsi que :

  • Une copie de la pièce d’identité du dirigeant ;
  • Un justificatif de domicile pour attester du siège social ;
  • Deux chèques adressés au greffe : un pour l’immatriculation, l’autre pour le registre des bénéficiaires effectifs.

A noter qu’il faudra également souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle.

Comment faire fonctionner un vide grenier permanent ?

Recruter des salariés, puis gérer la masse salariale

Impossible de tout faire tout seul sans prendre au moins un salarié pour commencer. Vous ne pourrez pas gérer l’aspect administratif et commercial, tout en vous occupant en plus de l’accueil des clients et de la tenue de la caisse. Il faudra donc déléguer certaines tâches à un salarié que vous aurez auparavant recruté. Ce dernier représentera le magasin aux yeux des clients et il doit donc pouvoir les accueillir et les conseiller avec le sourire. Une fois la perle rare trouvée, il faudra la former et lui expliquer le fonctionnement du magasin ainsi que des différents outils. Côté administratif, il faudra lui faire signer un contrat de travail et réaliser une DPAE (déclaration préalable à l’embauche).

Le travail ne s’arrête pas là : il faut maintenant impliquer et motiver le salarié au quotidien pour s’assurer de son maintien dans l’entreprise. Tous les mois, il recevra bien évidement sa fiche de paie et son salaire. De son côté, l’entreprise réalisera les déclarations sociales adéquates.

Faire venir et fidéliser les clients, mais aussi les vendeurs

Il est essentiel de faire venir les clients, puis de les faire revenir. Pour cela, le dirigeant peut compter sur un atout de taille : les vendeurs, qui eux aussi ont envie de voir venir les clients. Ce sont donc eux qui réaliseront la majorité du travail de communication, pour peu qu’ils aient aussi envie de venir, puis de revenir. Plusieurs leviers peu coûteux peuvent être activés : la création d’un site web, la communication sur les réseaux sociaux avec l’ouverture du page dotée d’un contenu mis à jour régulièrement ou encore la distribution de flyers annonçant l’ouverture du magasin.

Pour autant, des règles doivent être mises en place, et le magasin doit s’assurer que tout est en règle au niveau de la vente et que le produit est conforme à l’étiquette établie par le vendeur. Sur celle-ci, devront figurer un maximum d’informations possibles quant aux caractéristiques du produit et au prix. Afin de protéger les clients, le magasin pourra refuser de vendre certains produits, et faire en sorte que toutes les garanties soient prises pour lutter contre la contrefaçon et le recel d’objets volés. Toutes ces règles seront décrites dans les conditions générales de vente, à faire valider au vendeur.

Respecter les obligations comptables et fiscales

Comme toutes sociétés, le vide-grenier permanent est soumis à des règles :

  • Tenir une comptabilité, réaliser tous les ans un compte de résultat et un bilan ;
  • Déclarer à l’administration fiscale l’impôt à payer ;
  • Réaliser les déclarations fiscales obligatoires (TVA, CFE, CVAE…) ;
  • Tenir chaque année une assemblée générale pour décider, entre autres, de l’affectation du résultat.

Gérer les emplacements

On l’a vu, la gestion des box est un facteur de rentabilité. Il faut donc veiller à ce que le plus de box possibles soient utilisés, et qu’ils contiennent tous un maximum de produits. N’hésitez pas à faire des tours du magasin régulièrement pour vérifier que c’est le cas. Vous pouvez également conseiller les vendeurs quant au prix de vente à pratiquer, et l’alerter si celui-ci est trop élevé ou trop faible par rapport aux produits similaires mis en vente.

4.6/5 - (14 votes)

6 réflexions au sujet de “Créer un vide grenier permanent”

  1. Bonjour, je suis un ancien directeur commercial. J’ai pris ma retraite aprés avoir créé et revendu à un de mes clients un commerce en franchise tenu pendant 14ans, situé dans le domaine des vètement masculins haut de gamme.

    J’adore flaner sur les vides greniers.
    Nous avons 2 vides greniers permanents près de Toulouse. Je m’y suis rendu pour étudier la question.
    le système semble surtout valable pour le franchisé, et les acheteurs. Mais certainement pas pour les exposants.

    En plus de la location du stand qui est de 12€ la semaine. Le gestionnaire récupère 30% des ventes. Sans avoir à gérer un stock comme dans un commerce classique.

    Les 12€ sont justifiés car il faut que les exposants ne monopolisent pas un stand pour exposer des choses sans valeur. Mais sachez qu’il est rare que des produits se vendent en une semaine . L’exposant va occuper le stand plusieurs mois et la somme des ventes réduites de 30% va tout juste payer la location du stand.

    Prenons l’exemple d’un costume qui a couté 800€ pour le vendre en une semaine il faudrait le mettre à 50€ . Ce qui ne rapportera que 35€ moins 12€ soit 23€ alors que le franchisé va empocher 12 + 15 = 27€ . Ce n’est donc pas l’exposant qui fait la bonne affaire.
    et si l’exposant met son costume à 200€ il ne sera pas à coté pour en faire l’article et en justifier le prix. au bout de plusieurs semaines il ui faudra baiser le prix et c’est le gestionnaire du lieu qui fera de toute façon la bonne affaire.

    Le concept est interessant mais selon moi pour qu’il dure, 30% sur les ventes est trop élevé pour que tout le monde s’y retrouve. ( je présents quelques problèmes dans la gestion des exposants qui auront du mal à accepter que leurs “trésors” ne leur rapportent pas plus d’argent )

    Merci de m’avoir lu jusqu’au bout.

    Répondre
    • Votre calcul est un peu simplifié je trouve, il serait particulièrement stupide de louer un stand pour n’y vendre qu un article, vu ainsi effectivement aucune rentabilité ! Mais il est assez rare que les vendeurs vendent si peu, le bénéfice se fait grâce aux multiples articles déposé sur le stand et réapprovisionner en illimité si ils le souhaitent 😉
      Vous avez été commerçants pourtant, vous devez bien vous imaginer le loyer d’une telle surface. La location des stands parfois ne couvre que la location du local, je doute que vous auriez travaillé bénévolement toutes ces années.

      Répondre
  2. Bonjour,

    Je souhaite créer un vide grenier permanent mais je voulais avoir des informations quant à la réglementation à appliquer. Un vide grenier permanent doit il :
    – tenir un registre des vides greniers (avec les coordonnées et le nom des exposants)
    – un livre de police paraphé par la préfecture
    – demander une attestation sur l’honneur des exposants pour qu’il indiquent qu’ils n’ont pas fait plus de deux ventes au déballage dans l’année?

    En vous remerciant pour votre réponse

    Merci beaucoup

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.