Choisir son TPE (terminal de paiement électronique)

Aujourd’hui, peu de commerçants peuvent se permettre de se passer d’un terminal de paiement électronique (TPE). Le paiement par carte bancaire est en effet le mode de règlement le plus utilisé en France. Même si sa possession et son utilisation représentent des frais, ne pas en avoir c’est passer à côté de ventes potentielles. Toutefois, il est nécessaire de faire le bon choix quand on se décide à investir dans un TPE : fixe, mobile, pourvu de la technologie NFC (Near Field Communication) ou non, avec une connexion Wifi ou 3G, avec ou sans imprimante, les critères sont nombreux, et les tarifs parfois très différents entre les modèles. 

Comment installer un TPE ?

On ne peut pas installer un terminal de paiement électronique n’importe comment. Il faut passer par un organisme agréé, appelé mainteneur monétique. La banque chez qui le compte bancaire de la société a été ouvert fournit une carte de domiciliation à ce mainteneur monétique. Elle permet de paramétrer le TPE et de faire en sorte que l’argent aille sur le compte de la société.

Les TPE sont généralement conçus par des fournisseurs de solutions de paiement comme Verifone ou Ingenico mais c’est la banque, ou l’organisme agrée, qui les achète pour les vendre ensuite au client, ou pour les mettre en location.

Comment fonctionne le terminal de paiement électronique ?

Le TPE fonctionne différemment en fonction du modèle. Il peut ainsi passer par : 

  • La ligne téléphonique, sachant toutefois que chaque transaction est considérée comme un appel en numéro surtaxé, qu’il n’est pas possible de passer des appels pendant ce temps car la ligne est déjà occupée par la transaction, à moins d’ouvrir une autre ligne, et que le temps de connexion est lent (30 secondes) ;
  • L’abonnement internet : le temps de connexion est plus rapide (5 secondes), il n’y pas de surcoût lié au numéro surtaxé, et les communications sont illimitées. Toutefois, il est obligatoire de souscrire à un abonnement dédié à l’utilisation du TPE ;
  • Le réseau mobile 3G/4G/5G : les caractéristiques sont les mêmes que pour l’abonnement Internet, mais le TPE contient une puce et n’est donc pas branché à une box.

Chaque paiement effectué via le TPE est enregistré sur l’appareil. Lors de la clôture de la caisse journalière, les règlements sont transférés, grâce à une passerelle monétique, sur un serveur sécurisé. Ils sont ensuite envoyés vers le compte bancaire, grâce à l’opération appelée « télécollecte ». 

Smile&Pay
La solution française qui facilite l’encaissement des cartes bancaires.
Simple, sécurisé, sans engagement : votre terminal de paiement vous attend !

Commencer maintenant

Pourquoi s’équiper d’un TPE ?

On l’a dit, le règlement par carte bancaire constitue le mode de paiement le plus utilisé en France. S’il ne l’accepte pas, le commerçant risque donc de passer à côté de ventes. Mais ce n’est pas là le seul avantage à se doter d’un tel appareil, puisque le commerçant bénéficie également de transactions sécurisées et évite les risques d’impayés liés par exemple aux chèques sans provision ou à la fausse monnaie. Les risques de vols de la part des salariés ou des tiers est également moindre. Toutefois, en contrepartie, le TPE représente un coût relativement important pour l’entreprise, sans compter les risques de panne.

Fixe, mobile ou portable, quel modèle de TPE choisir ?

Il existe trois modèles de TPE différents : 

  • Mobile (3G/GPRS) : munis d’une carte SIM, ils se connectent avec le réseau mobile. Ils peuvent donc être utilisés n’importe où dans le magasin, mais aussi depuis l’extérieur, puisqu’ils ne sont pas limités par le socle ou le réseau Wifi. Il s’agit donc du modèle utilisé par les commerçants ambulants et les chauffeurs de taxi ;
  • Fixe : ils sont reliés à une ligne téléphonique fixe et ne peuvent donc être utilisés qu’au niveau de la caisse ;
  • Portables, sans fil : il s’agit d’un modèle hybride entre les deux précédents : les TPE peuvent être utilisés depuis n’importe quel endroit du magasin, sous réserve qu’ils restent à proximité immédiate du socle ou dans la limite du réseau Wifi. C’est généralement le modèle choisi par les restaurateurs

Pourquoi ne pas se tourner vers un TPE de nouvelle génération ?

De nouveaux TPE ont vu le jour en l’espace de quelques années. De même que le secteur bancaire, historiquement dominé par les acteurs traditionnels, a vu des néo banques apparaitre sur le marché en l’espace de peu de temps, le secteur des TPE a été secoué par l’arrivée de terminaux de nouvelle génération. Le point commun entre Zettle, Sumup, Smile&Pay : ils fonctionnent tous avec une application installée sur un appareil mobile, comme un smartphone ou une tablette. 

Quelles sont les cartes acceptées avec le TPE ?

Outre le modèle souhaité (fixe, mobile ou portable), d’autres critères entrent en ligne de compte dans le choix du TPE. C’est le cas des types de carte acceptés : Visa et MasterCard sont les incontournables, mais il peut être utile d’accepter les cartes étrangères comme American Express, Union Pay (chinoises) ou JCB (japonaises) ainsi que les plateformes de paiement par smartphone (Google Pay, Apple Pay, Samsung Pay et Paylib). 

Comment fonctionne le paiement sans contact avec le TPE ?

Afin de pouvoir payer sans contact, le terminal de paiement électronique doit être équipé de la technologie NFC, ou CCP en français (Communication en Champs Proche). Elle permet à deux appareils compatibles (le TPE d’un côté et la carte sans contact ou le smartphone de l’autre), de pouvoir échanger des données, sans contact, mais à distances rapprochées (moins de 10 cm). Il est toutefois nécessaire, pour le paiement par smartphone, que l’utilisateur ait téléchargé l’application adéquate et ait saisit ses coordonnées de carte bancaire. 

Dans les faits, la majorité des TPE sont pourvus de cette technologie, sauf les modèles les plus anciens.

Quelles sont les autres fonctionnalités du terminal de paiement électronique ?

Certains terminaux de paiement électronique ont des fonctionnalités qui vont bien au-delà du simple règlement par carte bancaire. Ils offrent par exemple la possibilité de proposer des facilités de paiement, comme le paiement en plusieurs fois, ou la gestion d’un programme de fidélité. 

Un point clé dans le choix du TPE réside d’ailleurs dans la compatibilité avec le logiciel de caisse. Même si tous les modèles peuvent être utilisés avec n’importe quel système de caisse, le fait que les deux soient compatibles permet d’envoyer directement les informations d’un système à un autre, sans avoir besoin de saisir les données à la main. A la clé : un gain de temps et des erreurs moins nombreuses. 

Certains TPE de nouvelle génération, grâce à l’application avec laquelle ils sont utilisables, font d’ailleurs office de caisse enregistreuse et sont à ce titre certifiés anti-fraude. Ils offrent des fonctionnalités à forte valeur ajoutée, permettant de gérer les stocks, de créer un catalogue de produits et d’obtenir des statistiques. Ils permettent aussi l’envoi de ticket de caisse électronique et la collecte d’emails dans le but de constituer un fichier client.

Acheter ou louer son terminal de paiement électronique ?

Il est possible d’acheter ou de louer son terminal de paiement électronique. Tout dépend en grande partie du modèle choisi et de son utilisation. Si cette dernière est faible, il est souvent conseillé d’acheter le TPE. A l’inverse, pour les commerçants qui en font une utilisation importante, il est conseillé de le louer. Il faut en effet souligner que les technologies de paiement par carte (paiement sans contact, via mobile…), ainsi que les normes de sécurité et la règlementation, évoluent fréquemment, rendant très rapidement obsolètes les modèles. Il est donc nécessaire de faire évoluer les appareils rapidement et régulièrement. 

A noter également que les commerçants ayant une activité uniquement saisonnière, ou les boutiques éphémères, ont également intérêt à choisir la location du TPE. 

Acheter un TPE neuf ou d’occasion ?

Afin de réaliser des économies, certains commerçants se tournent vers l’achat d’occasion. Attention toutefois à ne pas choisir un TPE obsolète, ou risquant de le devenir rapidement. Il est nécessaire de se tourner vers un modèle récent, pour bénéficier des dernières mises à jour en termes de sécurité, et éviter les fraudes bancaires. De plus, le TPE choisi ne devra pas être déjà lié au compte en banque de son ancien propriétaire mais être paramétrable au vôtre.

Combien coûte un terminal de paiement électronique ?

Il est difficile de répondre à cette question tant les tarifs varient en fonction des modèles. De manière générale, il faut toutefois retenir les prix suivants pour les modèles traditionnels : 

  • Achat : entre 100 euros pour un modèle d’occasion et basique et 700 euros pour un TPE neuf et perfectionné (cartes internationales acceptées, possibilité d’utiliser le paiement sans contact…).
  • Location : entre 15 et 80 euros par mois selon les modèles et les options.

A cela s’ajoute le montant de l’abonnement de maintenance monétique et les commissions sur les transactions.

En ce qui concerne les TPE de « nouvelle génération », les prix sont généralement plus faibles. Le coût d’acquisition varie entre 20 euros, pour un modèle de base, et plusieurs centaines d’euros pour un plus perfectionné avec une imprimante intégrée. 

A cela s’ajoute la commission fixe sur les transactions (compter entre 0,6% et 1,80% et éventuellement un abonnement, de l’ordre de 25€ à 35€ par mois).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.