Créer une entreprise ex-nihilo

Créer une entreprise ex-nihilo signifie à partir de rien. Cela signifie qu’il n’y a ni reprise d’une entreprise, ni rachat d’un fonds de commerce, ni affiliation ou franchise. La création implique de trouver une idée et de concrétiser le projet qui en découle. Cela signifie aussi que le créateur entreprendra les démarches adéquates pour être indépendant et lancer son activité.

Trouver une idée, la première étape pour créer une entreprise ex-nihilo

L’idée poussant à la création d’entreprise peut être une innovation, issue des problèmes que le créateur rencontre quotidiennement et auxquels il a décidé de trouver une solution.

L’innovation peut également se porter sur différents aspects d’un produit ou d’un service déjà existant :

  • Nouvelle utilité du bien ;
  • Nouvelle façon de marketer le produit ;
  • Changement de cible de consommateur.

Ainsi, même si l’idée de création n’est pas révolutionnaire, elle doit tout de même se démarquer des acteurs déjà implantés sur le marché.

Si vous êtes en manque d’inspiration, retrouvez ici nos 85 idées de création d’entreprise.

Le créateur peut également décider de se mettre à son compte après avoir été salarié. Il devra toutefois respecter l’obligation de loyauté vis-à vis-de son ancien employeur. Cette obligation implique qu’il ne doit pas détourner la clientèle de son ancien employeur à son profit. Il ne doit pas non plus le dénigrer.

De plus, le créateur peut avoir une clause de non concurrence dans son contrat de travail qui le contraindra pendant un certain temps à ne pas réaliser une activité concurrente.

Concrétiser le projet de création d’entreprise

Une fois l’idée trouvée, il faut ensuite concrétiser le projet en réalisant différentes études afin de déterminer la faisabilité du projet. Le créateur devra réaliser :

  • Un business plan ;
  • Une étude de faisabilité ;
  • Une étude de marché ;
  • Une étude de concurrence ;
  • Un montage financier ;
  • Une étude sur les motivations et le parcours du créateur…

Réaliser les formalités juridiques pour créer une entreprise ex-nihilo

Les formalités juridiques dépendront en grande partie de la forme juridique choisie. Si vous choisissez de créer une auto-entreprise, les formalités seront assez simples. Il suffira de remplir un dossier sur le site internet du CFE de l’URSSAF. Toutefois, le statut est assez limité en termes de développement puisqu’il ne s’adresse qu’aux entreprises réalisant un chiffre d’affaires inférieur à :

  • 70 000€ pour les prestataires de services ;
  • 170 000€ pour les activités d’achat/vente de biens.

Vous pourrez éventuellement vous tourner vers l’entreprise individuelle, toujours avec l’inconvénient de ne pas avoir un patrimoine personnel distinct du patrimoine professionnel.

Si vous cherchez à bien distinguer les deux, il faudra vous tourner vers la création d’une société comme l’EURL/SARL ou la SASU/SAS. En fonction de la nature d’activité, des contraires, de la volonté ou non de s’associer, des perspectives de croissance, vous pourrez également opter la SNC, la SCM, la SELARL, la SCI…

Les avantages et les inconvénients à la création ex-nihilo

Créer une entreprise « ex-nihilo » est relativement risqué car le créateur ne part de quasiment rien (pas de rachat de société ou de fonds de commerce).

A la différence de la reprise d’une entreprise, le créateur ne connait pas le chiffre d’affaires et le résultat potentiel. A la différence de la franchise, le créateur est seul dans l’aventure. Il ne bénéficie pas de l’appui d’un réseau ou de la notoriété d’une marque.

Il est toutefois plus indépendant que dans le cas d’une franchise. De plus, la création lui demande des investissements moins importants que dans le cas d’un rachat de fonds de commerce ou d’une société.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !