Les avantages et inconvénients de l’auto-entrepreneur

Le statut d’auto-entrepreneur fait de plus en plus d’adeptes chaque jour. Il comporte des avantages (simplicité des formalités) mais également des inconvénients (chiffre d’affaires limité, charges relativement élevées si l’activité l’est aussi et prestations sociales faibles). Si c’est un statut qui vous attire, il faudra bien connaitre les avantages et inconvénients de l’auto-entrepreneur avant de vous lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

Les avantages de l’auto-entreprise

Le statut d’auto-entreprise présente l’avantage d’être simple et clair tant au niveau des formalités de création que du fonctionnement au quotidien.

La simplicité de création

Afin de créer son auto-entreprise, il suffit d’avoir un ordinateur et une connexion Internet. Bien que des sites proposent la création moyennant une commission, il faut savoir qu’elle ne coûte rien. Le site officiel pour créer son auto-entreprise est le centre de formalités des entreprises de l’URSSAF.

Il faudra alors remplir le dossier en ligne puis joindre une copie d’un justificatif d’identité. Si vous n’en possédez pas en version numérique, vous pourrez l’envoyer par la poste, accompagné de la déclaration imprimée et signée.

Vous recevez ensuite un e-mail de confirmation attestant du dépôt du dossier.

Si votre activité est commerciale ou artisanale, vous devrez ensuite vous immatriculer :

  • Auprès du registre du commerce et des sociétés en cas d’activité commerciale ;
  • Auprès du répertoire des métiers en cas d’activité artisanale.

Vous devrez éventuellement y joindre votre demande d’ACCRE si vous répondez aux critères pour en bénéficier.

A noter enfin qu’il est obligatoire d’ouvrir un compte bancaire pour son auto-entreprise si le chiffre d’affaires annuel est supérieur à 10 000€.

La simplicité de fonctionnement

Le fonctionnement de l’auto-entreprise est assez simple. Il suffit de déclarer son chiffre d’affaires tous les mois, ou tous les trimestres, en fonction de l’option choisie au moment de la création. Les charges sociales sont ensuite calculées dessus. Un taux unique, en fonction de la nature de l’activité – biens ou services- est appliqué sur le chiffre d’affaires. Il est également possible d’opter pour le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu. Cela signifie que l’IR sera payé en même temps que les charges sociales. Autrement, le chiffre d’affaires de l’auto-entreprise doit être déclaré au moment de la déclaration annuelle d’impôt.

Au niveau de la comptabilité, il faut savoir qu’il n’y a pas besoin d’en tenir. Il faut uniquement avoir un registre des ventes et dans certains cas un registre des achats.

Enfin, en matière de fiscalité, l’auto-entrepreneur est en franchise de TVA s’il ne dépasse pas les seuils de chiffre d’affaires suivants :

  • 34 400€ pour les artisans et professions libérales ;
  • 85 800€ pour les commercants.

Il doit également s’acquitter de la CFE annuellement.

Les inconvénients du statut d’auto-entrepreneur

La limitation du chiffre d’affaires

Le statut d’auto-entrepreneur est limité. Ainsi, il n’est pas possible de bénéficier de ce statut si le chiffre d’affaires réalisé par an est supérieur à :

  • 170 000€ pour les activités d’achat et de revente de biens ;
  • 70 000 € pour les activités de prestations de services.

Au delà de ces seuils, l’auto-entreprise passe en entreprise individuelle. Le statut d’auto-entrepreneur n’est donc pas adapté pour une situation durable. Il ne permet pas de se développer ni de prendre des associés. En effet, avec ce statut, l’entrepreneur et l’entreprise ne forment qu’un. Il n’y a pas de possibilité de dissocier les deux, ce qui peut poser plusieurs types de problèmes :

  • En cas de dettes de l’entreprise, les créanciers peuvent se retourner contre l’entrepreneur et saisir ses biens personnels ;
  • En cas de décès de l’entrepreneur, l’auto-entreprise cesse ;
  • Elle n’offre pas de possibilité de cession ou de transmission en cas de succession.

La faiblesse des prestations sociales

Un auto-entrepreneur ne bénéficie pas d’allocations chômage. En matière de retraite, afin de cotiser une année pleine, il doit réaliser un chiffre d’affaires annuel supérieur à :

  • 24 028€ pour une activité d’achat-vente de biens ;
  • 13 963€ pour des prestations de services.

Il doit également cotiser à la sécurité sociale des indépendants pendant un an pour bénéficier des indemnités journalières.

Les charges à payer

L’autre inconvénient majeur du statut d’auto-entrepreneur est que les charges à payer peuvent s’avérer plus élevées que ce qu’une entreprise individuelle ou une société aurait payé à niveau égal d’activité.

En effet, l’auto-entrepreneur est imposé directement sur le chiffre d’affaires (avec un taux de charges forfaitaire) et non sur le résultat (c’est à dire le chiffre d’affaires moins les charges). Ainsi si les charges sont élevées, l’auto-entrepreneur peut payer plus d’impôt que l’entreprise individuelle ou la société car elle ne déduit pas ses charges de son résultat imposable.

En conclusion, le créateur devra donc peser les avantages et inconvénients de l’auto-entrepreneur pour voir si c’est un statut adapté pour son activité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !