Analyser une société

Analyser une société est une étape clé lors de son rachat. Elle permet en effet au repreneur de diminuer les risques et d’avoir des arguments lors de la négociation. Elle permet aussi au vendeur de valoriser son entreprise pour déterminer un prix de vente correct. L’analyse se fait à plusieurs niveaux : juridique, fiscal, comptable, social, QSE (qualité, sécurité et environnement) et stratégique. Il faut toutefois respecter la taille de l’entreprise : tout n’est pas applicable en fonction de la taille.

Analyser une société sur le plan fiscal, juridique et comptable

Lors du rachat d’une société, la personne qui rachète est responsable des déclarations fiscales effectuées. Il est donc nécessaire de vérifier que tout à été réalisé en bonne et due forme afin de ne pas risquer un contrôle fiscal.

Les principaux points à vérifier sont les suivants :

  • Les dates de dépôt des différentes déclarations (impôt sur les sociétés, TVA…) ont-elles été respectées ?
  • Y a-t-il déjà eu des contrôles fiscaux, quelles en ont été les conclusions, les recommandations ont-elles été respectées ?
  • La marge de l’entreprise est-elle cohérente avec la marge moyenne du secteur ?
  • Les provisions passées en comptabilité sont-elles justifiées ?

Il faudra donc réaliser un audit de la comptabilité très précis. Plusieurs études peuvent être menées afin de vérifier la comptabilité :

  • Analyse de cohérence par rapport aux ratios des autres entreprises du secteur ;
  • Revue analytique pour analyser et justifier les variations significatives entre N-1 et N ;
  • Vérification des imputations comptables : factures enregistrées dans les bons comptes comptables (principe de non compensation) et sur la bonne période (principe d’indépendance des exercices).

Il ne faut pas oublier que le rachat d’une société implique la reprise de l’intégralité du bilan. Cela signifie que les contrats de travail des salariés sont maintenus, sauf à réaliser des licenciements, que les dettes fiscales et sociales doivent être payées, que les échéances des prêts doivent être remboursées…Il faudra donc vérifier avec attention :

  • L’état des créances et des dettes ;
  • Les emprunts (montant restant dû, taux d’intérêt, assurance…) ;
  • Les crédits-baux et les locations longues durées…

Il est aussi utile d’examiner avec attention les statuts et le bail commercial afin de savoir tous ce qu’il contient.

Analyser une société sur le plan social et QSE (qualité, sécurité, environnement)

Lors du rachat d’une société, les contrats de travail en cours sont maintenus. Il faut donc continuer à donner du travail aux salariés et à les payer, et par conséquent s’assurer de la correcte adéquation entre la quantité de travail et la quantité de salariés.

Il est également important de vérifier l’état du climat social. Vous devez savoir si vous allez reprendre une société avec des salariés fatigués, démotivés…Pour cela, quelques indicateurs doivent être examinés comme le taux de turn-over des salariés. Il peut à ce titre être intéressant de rencontrer les représentants du personnel afin d’avoir leur avis sur la question.

Il faut également anticiper les dépenses prévues, notamment concernant les prochains départs et les dépenses de formation à venir. Ces éléments représentent un coût qu’il faudra prévoir, pour payer les indémnités ou les dépenses de formation, si elles n’ont pas encore été provisionnés et décaissées. Vous devez aussi savoir si des procédures sont en cours auprès des prud’hommes ou si de nouvelles ont des chances d’être initiées. Il faut pour cela vérifier que toutes les procédures de licenciement ont été faites dans les règles, notamment en matière de respect des délais.

Il est également utile d’identifier les salariés clés de l’entreprise. Il s’agit de ceux dont le travail et l’activité sont essentiels pour la réalisation de l’activité de l’entreprise.

Enfin, il faut vérifier que l’entreprise respecte les normes en vigueur au niveau environnemental et au niveau de l’accès aux personnes à mobilité réduite.

L’analyse stratégique

Il convient de vérifier la stratégie de l’entreprise, le cycle de vie et la part de marché des produits, le positionnement de l’entreprise par rapport aux concurrents et la croissance du marché.

Le repreneur doit s’intéresser au potentiel de développement de l’entreprise et aux moyens nécessaires qui permettront ce développement ainsi qu’à la notoriété de l’entreprise, à la marque, à la culture d’entreprise, à la zone de chalandise, aux outils de gestion et de productions utilisés en listant les forces et faiblesses de l’entreprise.

Il doit connaître les opportunités et les menaces de l’environnement en analysant les facteurs influant sur la performance de l’entreprise : les relations avec les clients et les fournisseurs, la menace d’entrants potentiels sur le marché ainsi que la menace de produits de substitution et l’intensité de la concurrence.

Certains outils d’analyse stratégique pourront être utilisés :


Ces articles pourraient vous intéresser :

Céder son entreprise

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !