Externaliser ou internaliser ?

Une entreprise, quand elle doit réaliser des activités qui ne font pas parties de son cœur de métier a le choix entre externaliser ou internaliser. Dans le premier cas, elle confie la réalisation de ces missions à des sous-traitants. Dans le second, elle demande à une personne en interne de s’occuper de ces missions ou embauche une nouvelle personne qui s’en chargera.

Externaliser ou internaliser : les cas

Il est possible d’externaliser toutes les taches et missions qui ne font pas partie du cœur d’activité de l’entreprise. Ainsi, la comptabilité, le marketing, le recrutement, la surveillance et le ménage peuvent par exemple l’être.

Il est, de plus, préférable d’externaliser des missions lorsque les besoins sont ponctuels. En effet, l’externalisation offre une plus grande flexibilité. Autre avantage : elle permet à l’entreprise d’avoir recours à des experts dans des domaines où elle ne possède pas les compétences clés. Les erreurs s’en voient ainsi réduites et l’entreprise peut se consacrer à d’autres missions.

A l’inverse, l’internalisation via le recrutement d’une personne ou en permettant à une personne en interne d’acquérir les compétences est possible pour un besoin récurrent et sur le long terme. La deuxième solution est aussi avantageuse quand un des salariés n’est pas occupé à 100%. De nouvelles missions lui permettront d’être davantage actif et même de développer ses compétences.

Externaliser ou internaliser : les avantages et les inconvénients

Dans de nombreux cas, externaliser les missions qui ne font pas parties du cœur d’activité de l’entreprise lui permet de faire des économies. Elle peut en effet bénéficier de compétences à moindre coût par rapport au recrutement d’un salarié. L’externalisation permet aussi de faire appel à un professionnel et ainsi d’avoir un travail de qualité réalisé par un expert.

Internaliser peut parfois faire perdre du temps lorsqu’il faut former une personne à des nouvelles missions et que son nouveau travail peut être source d’erreur.

L’externalisation permet aussi d’avoir moins de salariés et favorise la flexibilité, surtout en période de crise.

Attention toutefois, l’externalisation peut faire perdre à l’entreprise une partie de son indépendance et de son expertise, d’autant plus si peu de sous-traitants disposent des connaissances pour s’occuper de ces missions.

Externaliser ou internaliser : la mise en place

Pour externaliser une activité, il faudra faire appel à un sous-traitant ou à un fournisseur. Il faudra alors bien définir ses besoins, rédiger un cahier des charges, rechercher des sous-traitants ou fournisseurs potentiels, réaliser un appel d’offres, choisir celui qui correspond aux besoins et enfin négocier avec lui.

Pour internaliser une activité, il faudra soit trouver les compétences en interne pour réaliser la tache soit recruter une personne qui a ces compétences. De la même façon que pour trouver un sous-traitant, il faudra bien définir le besoin, notamment en rédigeant une fiche de poste. Il faudra ensuite procéder aux formalités de recrutement : rédaction de l’annonce, réception et tri des CV, rencontre des candidats, sélection finale. L’entreprise pourra d’ailleurs internaliser le recrutement ou l’externaliser en passant par un cabinet de recrutement.


A noter la solution intermédiaire du centre de services partagés, entité interne à un groupe qui rassemble en un même endroit une fonction support de l’entreprise.

Le centre de services partagés

Donnez une note à cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.