On peut avoir des difficultés à savoir si l’achat que l’on réalise doit être passé en charge ou en immobilisation. La distinction entre les deux est essentielle et a un impact direct sur le résultat de l’entreprise. En effet, la charge vient directement réduire le résultat de l’entreprise l’année où elle est consommée. L’immobilisation ne vient pas réduire directement le résultat de l’entreprise mais augmente son patrimoine. Ce sont les amortissements, qui vont constater la perte de valeur de l’immobilisation, qui seront comptabilisés en charges et viendront diminuer le résultat. Alors, charges ou immobilisations ? voici tout ce qu’il faut savoir pour ne pas se tromper et comptabiliser correctement.

Charges ou immobilisations : la différence

Une immobilisation est un actif durable de l’entreprise, c’est un investissement dont l’entreprise attend un avantage économique futur. L’autre condition pour parler d’immobilisation est que le bien doit être facilement identifiable. Elle a vocation à perdurer l’entreprise, au moins sur une année (c’est le cas par exemple des logiciels dont la durée d’amortissement est de un an). D’autres immobilisations dureront beaucoup plus longtemps. Ainsi, une construction fait l’objet d’un amortissement sur 20 à 50 ans.

Une charge est un achat qui va être directement consommé dans la production d’un bien ou la réalisation d’un service. Il n’est pas censé rester des années dans l’entreprise

Charges ou immobilisations : le montant

On considère en général que le seuil au delà duquel une charge est considérée comme une immobilisation est de 500€. En dessous, l’immobilisation peut être passée en charges

Charges ou immobilisations : exemples 

Voici quelques exemples de charges et d’immobilisations :

  • Les frais accessoires à l’achat d’une immobilisation comme les droits de douane, la TVA non récupérable, les frais de transport et de mise en service font partie du coût de l’immobilisation globale et sont, à ce titre, immobilisés ;
  • Les frais de constitution liés à la création de l’entreprise, tels que les honoraires peuvent être immobilisés mais ne permettent pas aux associés de prendre des dividendes durant les 5 premières années qui suivent la création ;
  • Les dépenses de réparation, si elles ont pour conséquence une augmentation de la valeur de l’immobilisation, sont des immobilisations ;
  • L’achat de matières premières constitue une charge ;
  • Les dépenses de formation et les dépenses de publicité sont des charges ;
  • L’achat d’un ordinateur est une immobilisation ;
  • L’acquisition d’un fonds de commerce ou d’un droit au bail est une immobilisation.

Charges ou immobilisations : différentes comptabilisations

L’immobilisation se traduit au niveau comptable par des charges étalées dans le temps en fonction de la durée d’utilisation : il s’agit des amortissements. Ainsi, acheter une immobilisation ne se traduit pas par une diminution du résultat équivalente au montant payé. A l’inverse, la charge se traduit par une baisse du résultat l’année de sa comptabilisation.

L’immobilisation est ainsi comptabilisée en compte de classe 2. La charge est comptabilisée en compte de classe 6.

Comptabilisation de la charge

L’enregistrement comptable de la charge est la suivante :

DébitCrédit
Compte de classe 6 (charges) : montant de l’achat HT
445661 (TVA sur biens et services) : montant de la TVA
401 (fournisseur) : montant de l’achat TTC

Comptabilisation de l’immobilisation

L’enregistrement comptable de l’immobilisation est

DébitCrédit
Compte de classe 2 (immobilisation) : montant de l’achat HT
44562 (TVA sur immobilisation) : montant de la TVA
404 (fournisseur d’immobilisations) : montant de l’achat TTC

L’écriture d’amortissement est la suivante :

DébitCrédit
681 Dotation aux amortissements
28 Amortissement des immobilisations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *