Qu’est ce que l’EBITDA?

L’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) soit en francais revenus avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissements est un indicateur économique et financier de l’entreprise. Il permet de déterminer le résultat généré par l’entreprise lié purement à l’activité. Il ne tient donc pas compte des différences de traitement comptable, des événements exceptionnels et des impacts de la politique financière. L’EBITDA correspond à notre EBE français (Excédent Brut d’Exploitation).

Comment calculer l’EBITDA ?

Il existe deux façons de le calculer :

  • A partir du chiffre d’affaires :

Chiffre d’affaires
– Achats consommés
– Consommations en provenance de l’extérieur
+ Subventions d’exploitation
– Salaires et charges sociales
– Impôts (autre qu’impôt sur le bénéfice) et taxes
  • A partir du résultat :

Résultat d’exploitation
+ résultat financier (produits financiers – charges financières)
+ résultat exceptionnel (produits exceptionnels – charges exceptionnelles)
+ dotation aux amortissements, aux provisions et aux dépréciations
– reprise de provision sur amortissements, provisions et dépréciations

Comment l’analyser ?

C’est un indicateur des revenus générés par l’activité de l’entreprise qui ne prend pas en compte les différences de traitement comptable, l’impôt et la participation des salariés ainsi que les résultats financiers et exceptionnels. Son calcul permet ainsi de pouvoir effectuer des comparaisons sur plusieurs années et entre différentes entreprises.

En effet, les différents éléments exclus de l’analyse peuvent conduire à fausser l’analyse d’une société :

  • Le résultat exceptionnel peut dépendre de nombreux événements externes à la vie courante de l’entreprise (restructuration, incendie, catastrophe naturelle…) mais peut aussi être le signe d’un désinvestissement de l’entreprise (par exemple en cas de  cessions d’immobilisations) ;
  • Le résultat financier va prendre en compte les éléments directement liés à la politique financière de l’entreprise (intérêts en cas de recours à l’emprunt bancaire, perte ou gain en matière de taux de change en cas de relations commerciales dans des devises étrangères…) ;
  • Les amortissements, provisions et dépréciations sont des écritures comptables reflétant des pertes prévisibles.

Calculer l’EBITDA est une première étape dans l’analyse financière d’une entreprise. C’est ainsi un indicateur fréquemment utilisé par les investisseurs. Les banquiers l’utilisent notamment pour décider de l’octroi d’un prêt et du montant du découvert autorisé. C’est un des premiers soldes intermédiaires de gestion après la valeur ajoutée et la marge commerciale. Il permet de calculer la richesse créée par l’entreprise en prenant en compte les charges de personnel ainsi que les impôts et les taxes.

Pour pousser l’analyse, il faut ensuite calculer le résultat d’exploitation qui prend notamment en compte les écritures d’amortissement et de provision.

A quoi sert l’EBITDA ?

L’EBITDA représente l’excédent (ou le déficit) directement lié au cycle d’exploitation de l’entreprise. Il permet ensuite de :

  • Payer les intérêts bancaires, et toutes les autres charges financières ;
  • Rémunérer les différentes parties prenantes de l’entreprise :
  • Réaliser des investissements dans l’entreprise.

Il est donc primordial que l’entreprise dégage un EBITDA positif. Un EBITDA négatif signifie tout simplement que l’entreprise n’est pas rentable. Si c’est le cas, il faudra comprendre d’où vient le problème. Deux solutions sont envisageables :

  • Le chiffre d’affaires n’est pas suffisant (prix de vente trop bas, volume de vente pas assez élevé) ;
  • Les charges sont trop élevées (charges fixes trop importantes, charges variables…)

Une fois cette analyse faite, il faudra mettre en place des mesures correctives.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !