Charges fixes et charges variables

Les charges sont des éléments qui réduisent le résultat d’une entreprise. Afin de les analyser, il est possible de les dissocier par nature et par type. En comptabilité générale, on parle ainsi de charges d’exploitation, financières et exceptionnelles. En comptabilité analytique, on distingue les charges directes et indirectes ainsi que les charges variables et les charges fixes. Cette catégorisation va ensuite permettre de réaliser des études, d’analyser la rentabilité et de déterminer un prix de revient.

Que sont les charges fixes ?

Les charges fixes sont constantes quelque soit le niveau d’activité. Elles sont donc indépendantes de la production. Si elles doivent augmenter, ou baisser, elles le feront par palier. C’est le cas par exemple :

  • Des charges de personnel dans les services supports comme la comptabilité, les ressources humaines ou le service informatique ;
  • Des loyers ;
  • Des assurances ;
  • De l’amortissement des immobilisations qui calculé selon les durées usuelles et non selon l’utilisation réelle ;
  • Des différents honoraires (expert-comptable, avocat…) ;
  • Des frais de publicité.

Bien entendu ces charges peuvent changer « par période ». Par exemple, il va de soi qu’une entreprise qui réalise un chiffre d’affaires de 100 000 euros par an n’aura pas les mêmes frais de structure qu’une entreprise qui réalise un chiffre d’affaires de 500 000 euros. Il faudra recruter du personnel supplémentaire dans les services supports et peut être même prendre des locaux plus grands, augmentant au passage les loyers et les charges locatives.

Que sont les charges variables ?

Les charges variables sont fonctions du volume d’activité. C’est typiquement le cas :

  • Des dépenses de matière première ou de marchandise ;
  • Des frais d’emballage ;
  • De l’électricité consommé dans une usine de fabrication ;
  • Des commissions prises par les distributeurs ;
  • Des royalties versées en cas d’utilisation d’une marque (il s’agit souvent d’un pourcentage de chiffre d’affaires).

Comment réaliser une distinction entre charges fixes et charges variables ?

Il est nécessaire de partir du compte de résultat afin de descendre toutes les charges. La première étape est d’exclure les charges financières et les charges exceptionnelles afin de n’analyser que les charges d’exploitation. Il s’agit de celles qui sont directement liées à la fabrication du produit ou à la réalisation du service.

Il peut être difficile pour certains types de charges de réaliser un classement. Il faudra donc les analyser au cas par cas. De plus, certaines sont mixtes, ou semi-variables. Elles sont en partie fixes et en partie variables. C’est le cas par exemple du salaire de certains commerciaux.

Pourquoi distinguer les charges fixes et les charges variables ?

La distinction entre charges fixes et variables va permettre de réaliser certaines analyses, dans le domaine de la comptabilité analytique ou du contrôle de gestion, comme le calcul du seuil de rentabilité ou l’étude des coûts avec la méthode du coût variable ou celle des coûts partiels.

Le seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité, aussi appelé point mort, est le niveau de ventes à partir duquel l’entreprise devient rentable et réalise un bénéfice. En dessous, elle est en perte.

Il peut être exprimé en quantités à vendre, en chiffre d’affaires ou en nombres de jours d’ouverture.

Afin de le calculer, il faut procéder par étape :

  1. Distinguer les charges fixes et les charges variables
  2. Calculer la marge sur coûts variables : chiffre d’affaires – charges variables ;
  3. Calculer le taux de marge sur coûts variables : marge sur coûts variables / chiffre d’affaires ;
  4. Calculer le seuil de rentabilité : charges fixes / taux de marge sur coûts variables.

Il peut être calculé pour l’entreprise en général, ou par produit/service.

La méthode du coût variable

La méthode du coût variable consiste à ne prendre en compte que les charges variables dans l’analyse de la rentabilité d’un produit. Cette méthode est toutefois très limitée puisque les charges fixes sont exclues. Or, celles-ci peuvent représenter une part importante de la composition des coûts.

La méthode des coûts partiels

L’analyse des coûts partiels consiste à déterminer la façon dont la marge d’un produit ou d’un service va permettre de couvrir les charges fixes. La méthode introduit une nouvelle notion : celle de charges fixes spécifiques. Il s’agit de charges qui ne varient pas en fonction du volume d’activité mais qui sont imputables à la fabrication d’un seul produit, ou service. Il existe aussi des charges fixes communes, qui ne peuvent quant à elles être imputées à un produit en particulier.

Le calcul du résultat se fait de la façon suivante :

  1. Calcul de la marge sur coûts variables : chiffre d’affaires – coûts variables ;
  2. Calcul de la marge sur coûts fixes spécifiques : marge sur coûts variables – coûts fixes spécifiques ;
  3. Calcul du résultat : marge sur coûts fixes spécifiques – coûts fixes communs

D’autres méthodes d’analyse se basent sur une autre distinction essentielle dans l’analyse des coûts : les charges directes et les charges indirectes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !