Ouvrir un kebab

Le secteur de la restauration rapide est en pleine croissance. Les kebabs ne dérogent pas à la règle et il en pousse un peu partout. Cherchant à élargir leur public, ils n’hésitent pas à diversifier leur offre. Pourtant, même si on en trouve beaucoup, ouvrir un kebab n’est pas si simple qu’il n’y parait. Il faudra réaliser un certain nombre de démarches administratives pour créer la société. La réalisation d’un business plan est aussi nécessaire pour avoir une vision quant à la rentabilité du projet.

Quelles sont les conditions pour ouvrir un kebab?

Le diplôme

Comme pour l’ouverture d’un restaurant, il n’y a pas de diplôme spécifique à avoir quand on créer un kebab. Ainsi, vous pouvez vous lancer sans CAP ou BEP restauration mais seulement par passion pour le métier.

Il pourra toutefois être utile d’avoir des bases en matière de gestion : comptabilité, fiscalité, management…

La formation hygiène

Il est nécessaire que le créateur, ou un des salariés, ait suivi une formation à l’hygiène alimentaire. D’une durée minimum de 14 heures, elle se déroule dans un centre agrée. Si vous possédez un diplôme dans le secteur de la restauration ou que vous pouvez justifier d’une expérience de 3 ans, la formation ne sera pas nécessaire.

Le permis d’exploitation

Afin d’ouvrir un kebab, il faut obtenir un permis d’exploitation si et seulement si il est envisagé de vendre des boissons alcoolisées. Ce permis, valable pendant 10 ans, s’obtient suite à une formation d’une durée pouvant aller jusqu’à 3 jours en fonction de la situation du créateur. S’il peut justifier de 10 ans d’exploitation de la licence, la durée de la formation est réduite à une journée.  Elle est organisée par un organisme agréé ou par la chambre de commerce et d’industrie.

Elle aborde les sujets suivants :

  • Droits et obligations du restaurateur ;
  • Protection des mineurs ;
  • Répression de l’ivresse publique ;
  • Lutte contre le bruit ;
  • Sensibilisation au danger de l’alcoolisme et des stupéfiants.

Le permis d’exploitation permet de demander une licence de débit de boissons.

Comment créer la société?

Choisir la forme juridique adaptée pour ouvrir un kebab

En fonction de la forme juridique choisie, les démarches pour créer le kebab seront légèrement différentes. Ainsi, le créateur peut choisir de créer une entreprise individuelle mais dans ce cas le patrimoine de l’entreprise sera confondu avec le patrimoine de l’entrepreneur. Ce ne sera pas le cas en société comme en EURL, SARL, SAS, SASU, SA…En effet, ces sociétés permettent de séparer le patrimoine. Elles permettent en plus de protéger les associés puisque leur responsabilité n’est engagée qu’à hauteur de leurs apports dans la société.

A noter qu’en raison du chiffre d’affaires limité et des faibles possibilités de développement, l’auto-entreprise n’est pas conseillée.

Procéder à la création

Si c’est l’ouverture d’une société qui est choisie, les formalités seront les suivantes :

  • Rédaction des statuts ;
  • Publication d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales ;
  • Dépôt du capital social en banque. L’argent déposé sera bloqué jusqu’à la réception du k-bis ;
  • Rédaction d’une attestation de non condamnation et d’une attestation de filiation ;
  • Choix des options fiscales (régime de TVA, impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés, régime d’imposition) ;
  • Rédaction d’un acte de nomination de la première gérance ;
  • Réalisation du registre des bénéficiaires effectifs ;
  • Dépôt de tous ces documents au CFE ainsi que de certains autres documents administratifs comme le formulaire M0 ;
  • Souscription d’une assurance.

N’hésitez pas à consulter nos articles sur les formalités de création d’une SARL ou celles sur les formalités de création d’une SAS.

Quelles sont les autres démarches pour ouvrir un kebab?

La licence restaurant

Les types de licence

S’il est envisagé de vendre de l’alcool, il faudra obtenir une licence restaurant. Il en existe de deux types :

  • La petite licence restaurant qui permet de vendre des boissons avec alcool n’excèdent pas un certain degré. Il s’agit des groupes 2 et 3 qui incluent les boissons fermentées non distillées comme le vin et la bière ainsi que les liqueurs de fruits comprenant moins de 18° d’alcool ;
  • La grande licence restaurant qui permet de vendre des boissons alcoolisées à un fort degré. Il s’agit des groupes 4 et 5 qui comprennent, entre autres, les rhums et les boissons distillées.

Ces licences ne permettent de vendre de l’alcool que pendant les repas. Afin d’en vendre en dehors, il faudra obtenir une licence débit de boissons.

Les conditions

Seules les personnes suivantes peuvent demander à obtenir une licence restaurant ou boisson :

  • Majeures ou les mineures émancipées ;
  • N’ayant pas été condamnées pour vol, abus de confiance ou escroquerie ;
  • Ne faisant pas l’objet d’une protection judiciaire.

Les démarches

Afin d’obtenir la licence, il faut effectuer une déclaration à la mairie qui comprendra les documents suivants :

Un récépissé qui justifie l’obtention de la licence, qu’il conviendra d’afficher dans l’établissement, sera ensuite remis.

Les autres déclarations nécessaires pour ouvrir un kebab

Avant l’ouverture, il faudra aussi effectuer une déclaration auprès de la DDCPP (direction départementale en charge de la protection des populations).

Que doit contenir le business plan d’un kebab?

En cas de recours à un prêt bancaire pour financer l’ouverture d’un kebab et tout simplement pour avoir une idée de ce que l’entreprise va réaliser, il est nécessaire de concevoir un business plan. Certaines spécificités propres à l’ouverture d’un kebab seront à prendre en compte comme éventuellement le rachat d’un fonds de commerce. En cas de création de A à Z, il faudra mettre le local au norme : respect des normes alimentaires, règles de sécurité et d’accessibilité en tant qu’établissement recevant du public…

Franchise ou indépendant

Il existe encore très peu de réseaux de franchise chez les kebabs et ceux qui existent ne sont pas aussi connus que dans le domaine du fast food. C’est pourquoi, beaucoup de création se font en indépendant. Cela permet notamment aux dirigeants de servir les produits qu’ils veulent. A l’inverse, en franchise, le dirigeant n’a pas les coudés franges et doit respecter le cahier des charges du franchiseur. En contrepartie il bénéficie de la notoriété de la marque (ce qui est peu le cas pour les kebabs car il y a peu de marques connues dans le secteur) ainsi que du savoir-faire.

Si vous ne souhaitez pas créer en franchise mais que vous ne voulez pas vous lancer dans l’inconnu, vous pouvez décider de racheter un kebab déja existant.

Quelques éléments financiers spécifiques au secteur

L’avantage principal du kebab est sa rentabilité : la marge sur coût variable est assez bonne car les charges de matières premières sont peu élevées.

L’investissement pour ouvrir un kebab varie entre 20 000€ et 30 000€ en fonction du local, de sa superficie et de son emplacement ainsi que de l’aménagement. Cette somme permet de financer l’acquisition du local (fonds de commerce, pas de porte, caution financière…), l’aménagement de la cuisine et son équipement (réfrigérateur, broche, ustensile) ainsi que l’aménagement d’une salle où les clients peuvent manger.

Une partie de cet investissement peut être apportée par le créateur et l’autre peut être empruntée. Dans ce cas, il faudra que le ou les associés apportent en fonds propres au minimum un tiers du besoin de financement total. Des aides et des subventions à la création peuvent être demandées : prêt à taux zéro, prêt d’honneur, subvention reçue suite à un concours à la création d’entreprise…

L’étude de marché

Il pourra être intéressant de faire figurer une étude de marché dans le business plan. Il fera apparaître les éléments de démarcation du kebab par rapport à ses concurrents ainsi que sa spécialisation. Le kebab peut ainsi être dans un local ou être ambulant, à la manière d’un fast food. Il peut proposer d’autres produits que l’on trouve dans les fast-foods classiques comme des hamburgers. Une grosse partie du chiffre d’affaires se fait souvent en vente à emporter. Il pourra être utile de prévoir une ouverture sur l’extérieur afin de faciliter le service.

Dans le cas d’un kebab sédentaire, il faudra bien choisir l’emplacement et la zone de chalandise. Il s’agit de la zone d’où la majorité des clients vont venir. Il faut également étudier le type de population s’y trouvant, la majorité des clients des kebabs étant plutôt relativement jeune et masculine. Enfin, il faudra s’intéresser aux concurrents déjà présents.

Deux types de concurrents devront être étudiés : les concurrents directs, c’est à dire les autres kebabs et les concurrents indirects, c’est-à-dire les fast foods et les autres restaurateurs.


Ces articles pourraient vous intéresser :

Le business plan d’un restaurant

Les démarches pour ouvrir un restaurant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.