Emprunter sans apport pour créer son entreprise

Les banques, lorsque l’on veut réaliser un prêt pour créer une entreprise, apprécient que le porteur de projet ait un apport au moins égal à un tiers du montant emprunté. Ainsi, emprunter sans apport, lorsque l’on veut créer sa société, est difficile mais n’est toutefois pas impossible pour qui sait trouver les bonnes solutions à mettre en place. 

Créer une entreprise sans apport, est-ce possible?

Tout d’abord, il faut savoir qu’il est tout à fait possible de créer une entreprise sans apport. Il faut uniquement trouver la forme juridique adéquate. Ainsi, en auto-entreprise et en entreprise individuelle, il n’y a pas de capital. Le patrimoine de l’entreprise est confondu avec le patrimoine de l’entrepreneur. Ensuite, certaines sociétés ne demandent pas de capital minimum comme les EURL/SARL et les SAS/SASU. Seules les SA exigent un capital minimum conséquent de 37 000€.

Toutefois, la création d’une société a un coût. Là encore, avantage pour l’entreprise individuelle et l’auto-entreprise dont le coût de création est assez faible (gratuit pour l’auto-entreprise). Il existe des frais incompressibles pour créer une société constitués des frais de greffe et de la publication d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales.

Enfin, dernier point à prendre en compte : l’activité. Il faudra avoir des fonds pour créer une activité commerciale, notamment si une boutique est nécessaire, pour réaliser des investissements et constituer un stock de départ. La création d’une entreprise de services, par exemple se lancer à son compte comme consultant, nécessitera peu voir par des fonds.

Réaliser un emprunt pour créer son entreprise

C’est pour ces trois raisons, qu’il est parfois nécessaire d’avoir des apports. Or, quand ceux-ci sont limités voire nuls, et qu’on a des dépenses à réaliser, il faudra sans doute se tourner vers l’emprunt bancaire. Toutefois, le banquier ne va pas octroyer un prêt à n’importe qui dans n’importe quelles conditions. Il va attentivement examiner le business plan. Il contiendra la description du projet, la stratégie, le parcours de l’équipe dirigeante ainsi des documents financiers.

Le banquier va prendre en considération l’apport des associés et il ne va certainement pas miser sur votre projet si vous même ne misez pas dessus. C’est pourquoi, il faudra obligatoirement avoir des apports pour réaliser un emprunt destiné à financer votre création d’entreprise. Ces apports vont également agir en effet de levier : en augmentant les fonds propres, ils vont permettre d’augmenter la capacité d’emprunt. Pour chaque euro supplémentaire mis dans les fonds propres, c’est deux ou trois euros qui seront potentiellement accordés du côté de la banque.

Les solutions pour emprunter sans apport pour créer son entreprise…

Les types d’apport

L’apport n’est pas uniquement constitué du numéraire mais l’est également avec l’apport en nature et l’apport en industrie. Ainsi, même s’il n’a pas d’argent à apporter l’entreprise, le créateur peut apporter des biens en nature (biens mobiliers, immobiliers) ainsi qu’en industrie (savoir-faire). Toutefois, ce dernier ne concourt pas à la formation du capital social. Il permet en revanche de bénéficier parfois d’une aide précieuse au démarrage, aide qui aurait normalement due faire l’objet d’une contrepartie financière.

La love money

La love money constitue l’argent que le créateur va emprunter à ses proches, amis ou famille. En effet, même s’il pense n’avoir aucun apport, il peut demander de l’aide à ses proches. Ils vont alors investir dans la société et devenir des associés. En augmentant leur nombre, chacun participera à l’augmentation du capital. Il n’est pas obligatoire que chacun mette le même montant et il peut y avoir des associés ayants des parts plus importantes et d’autres des parts moins importantes.

Les concours à la création d’entreprise

De nombreuses aides à la création d’entreprise existent parmi lesquelles des concours à la création d’entreprise. Ces concours permettent d’avoir des subventions et des aides sous forme pécuniaire directement versées au créateur d’entreprise. Ces aides permettent ainsi d’augmenter l’apport initial du créateur. Attention toutefois, certaines ne sont versées que quelques mois après la création.

Garantie et prêt d’honneur

Après toutes ses solutions, si l’apport reste encore faible, il est toujours possible de garantir le prêt, en intégralité ou partiellement, et de demander un prêt d’honneur.

Ces différentes solutions donneront des garanties supplémentaires au banquier permettant peut-être de faire pencher la balance.

De nombreux organismes peuvent se porter garant ou accorder un prêt d’honneur :

Crowdfunding entrepreneurial

Le crowdfunding est le financement par la foule. Il s’agit donc ici de présenter son projet sur une plateforme dédiée afin d’obtenir des financements. Le principe repose sur la notion de cercles correspondant à une catégorie de contributeurs :

  • Le premier cercle est constitué des proches de l’entrepreneur ;
  • Le deuxième cercle est constitué des proches des proches de l’entrepreneur ;
  • Le troisième et dernier cercle est constitué de parfaits inconnus.

Il existe trois types de financement possibles :

  • Le reward crowdfunding : l’entrepreneur recevra alors des dons. Il peut offrir des contreparties, symboliques ou plus importantes, comme s’il s’agissait d’une pré-vente ;
  • Le crowdlending : il s’agit alors de prêts. Plusieurs taux sont possibles : à taux zéro, à taux réduit ou à un tout autre taux ;
  • Le crowdequity : les sommes versées correspondront alors à une prise de participation au capital.

Et celles pour ne pas avoir à emprunter sans apport pour créer son entreprise

Pour ne pas avoir à emprunter sans apport, il suffit simplement de ne pas avoir besoin d’emprunter, ou tout du moins de limiter les besoins de financement. Pour cela, comme on l’a vu en introduction, il faut choisir une forme juridique et une activité qui  ne demande que peu de dépenses.

Il peut être également nécessaire de revenir sur le montant du prêt demandé en décalant les investissements dans le temps ou en se tournant vers le crédit bail plutôt que le prêt. Dans ce cas, l’entreprise sera locataire des biens. Elle pourra ensuite éventuellement en faire l’acquisition à un prix résiduel à la fin du contrat de location.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !