Le haut de bilan

Dernière mise à jour le

Le haut de bilan est un terme désignant en comptabilité les ressources et les emplois à long terme. Comme son nom l’indique, les éléments figurent dans la partie haute du bilan. De nombreuses analyses financières portent sur dessus et des opérations sont réalisées sur les éléments le composant.

De quoi est composé le haut de bilan ?

Il est constitué des éléments stables et durables de l’entreprise qui se trouvent à l’actif et au passif du bilan, respectivement les ressources et les emplois à long terme. Ainsi, on retrouve dans le haut de bilan les postes suivants :

  • Les immobilisations : il s’agit d’actifs qui ont vocation à durer dans l’entreprise. On en attend des avantages économiques futurs. Contrairement aux charges, elles ne sont pas consommées dans la fabrication du produit ou la réalisation du service. On trouve trois types d’immobilisations :
    • Corporelles : il s’agit d’actifs physiques comme les terrains, les constructions, le mobilier, les machines ou les véhicules ;
    • Incorporelles : il s’agit d’actifs immatériels comme le fonds de commerce, le droit au bail ou les logiciels ;
    • Financières : il s’agit d’actifs financiers comme les titres de participation.
  • Capitaux propres qui correspondent à ce que l’entreprise possède. Ils sont composés des éléments suivants :
    • Capital social, lui même constitué des apports en nature et en numéraire des associés, apports réalisés lors de la création de l’entreprise ou ultérieurement, à l’occasion d’une augmentation de capital ;
    • Résultat de l’exercice ;
    • Réserves, c’est-à-dire la part du bénéfice des années antérieures qui n’a pas été distribuée en dividendes. Il en existe trois types :
      • Réserves légales : elles doivent être dotées chaque année d’au moins 5% du bénéfice distribuable dans la limite de 10% du capital social ;
      • Réserves statutaires : elles sont prévues dans les statuts de la société ;
      • Réserves facultatives : comme le nom l’indique, elles n’ont aucun caractère obligatoire et sont dotées au bon vouloir des associés.
    • Report à nouveau : il s’agit de la part des bénéfices des années antérieures mis en attente, c’est-à-dire non distribuée en dividendes et non dotée en réserves ;
    • Subventions d’investissement ;
    • Provisions réglementées, c’est-à-dire reposant sur des dispositifs légales.
  • Emprunts et dettes à moyen et long terme (à plus d’un an). Ce sont donc principalement les dettes contractées à l’occasion de la souscription d’un emprunt bancaire.

A l’inverse, le bas de bilan est constitué des emplois et des ressources à court terme de l’entreprise.

Pourquoi parle t-on de haut de bilan ?

Ce terme est issu de la présentation réelle du bilan qui fait apparaître les éléments par ordre de liquidité pour l’actif et par ordre d’exigibilité pour le passif. Les éléments les moins liquides sont ainsi les immobilisations et les moins exigibles sont les capitaux propres.

Comment l’analyser ?

L’analyse du haut de bilan passe par le calcul des ratios et des indicateurs d’analyse financière suivants :

  • Fonds de roulement : capitaux propres / immobilisations ;
  • Endettement de l’entreprise : total des dettes / total de l’actif ;
  • Indépendance financière : capitaux propres / capitaux permanents. Son calcul va permettre de déterminer la capacité de l’entreprise à se financer par ses moyens propres.
  • Autonomie financière : capitaux propres / total bilan. Son calcul va permettre de déterminer la part de financement propre sur le financement total ;
  • Importance des capitaux propres par rapport au total du passif ;
  • Importance des investissements : immobilisations / total de l’actif ;
  • Modernité ou obsolescence de l’outil de production qui peut se déterminer de deux façons  :
    • Amortissements cumulés / immobilisations : plus ce taux est élevé, plus les immobilisations sont vieilles ;
    • Immobilisations nettes / immobilisations brutes : plus ce taux est élevé, plus l’outil de production est récent.

Il est aussi possible de calculer des indicateurs de rentabilité qui mêlent éléments du haut de bilan et éléments du compte de compte de résultat :

  • ROCE – return on capital employed : EBIT * (1 – taux d’imposition) / capitaux employés
  • ROA – return on assets : résultat net / total des actifs ;
  • ROE – return on equity : résultat net / capitaux propres.

Qu’est ce que les opérations de haut de bilan ?

Les opérations de haut de bilan concernent les opérations qui affectent les immobilisations et les capitaux propres. Il s’agit par exemple des opérations suivantes :

  • Investissement/désinvestissement dans une nouvelle activité ;
  • Acquisition de nouvelles immobilisations afin de moderniser l’outil de production ;
  • Vente d’immobilisations afin de dégager du cash servant éventuellement à rembourser les dettes ou à financer de nouvelles immobilisations ;
  • Achat d’actions d’autres sociétés ;
  • Augmentation de capital de plusieurs façons :
    • Création de nouvelles parts sociales achetées par de nouveaux associés ou des associés existants. Ils réaliseront alors des apports en numéraire ou en nature ;
    • Incorporation en capital des profits mis en réserves et non distribués ;
    • Levée de fonds ;
  • Réduction de capital en rachetant des parts ou en réduisant leur valeur nominale ;

Le terme est utilisé dans le domaine de l’ingénierie financière pour parler des stratégies de financement à long terme : fusion acquisition, opérations de capital investissement…

Pourquoi améliorer sa solidité financière?

Réaliser des opérations de haut de bilan va permettre d’améliorer la solidité financière de l’entreprise. Ces opérations peuvent ainsi avoir lieu en cas de difficultés financières pour éviter de se retrouver en situation de redressement ou de liquidation judiciaire.

En période de croissance, cela va permettre d’améliorer la structure financière de l’entreprise et d’obtenir du cash. Si l’entreprise souhaite réaliser des investissements, davantage de capitaux propres permettront d’obtenir un prêt bancaire plus élevé en rassurant les banquiers.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Inscrivez vous à la newsletterEt téléchargez notre check-list du créateur d'entreprise !