La capacité d’autofinancement, ou CAF, est un terme souvent utilisé en analyse financière. Elle représente les ressources dégagées par l’activité de l’entreprise et qui lui permet de faire face aux besoins de financement. Elle se calcule en faisant la différence entre les produits encaissables et les charges décaissables.

A quoi sert la capacité d’autofinancement ?

La capacité d’autofinancement a plusieurs utilités :

  • Réaliser des investissements en faisant l’acquisition d’immobilisations ;
  • Payer les dividendes versés aux actionnaires ;
  • Rembourser les emprunts bancaires ou les comptes courants d’associés.
  • Plus grande indépendance vis-à-vis des financeurs externes. Elle permet à l’entreprise une plus grande souplesse et sécurité et à ce titre l’octroi d’emprunts relativement plus facilement.

Comment calculer la capacité d’autofinancement ?

Il existe deux méthodes pour calculer la capacité d’autofinancement à partir des soldes intermédiaires de gestion :

  • A partir du résultat net : résultat + charges non décaissables (ex : dotation aux provisions, dépréciation, amortissements) – produits non encaissables (ex : reprise de provisions, quote-part de subvention d’investissement virées au compte de résultat) + valeur comptable des éléments d’actifs cédés – produits de cession des éléments d’actifs cédés ;
  • A partir de l’excédent brut d’exploitation : EBE – charges décaissables (autres charges de gestion courante, charges financières, charges exceptionnelles, participation des salariés aux bénéfices, impôt sur les bénéfices (IS ou IR)) + produits encaissables (transfert de charges d’exploitation, autres produits de gestion courante, produits financiers, produits exceptionnels).

Comment analyser la capacité d’autofinancement ?

La capacité d’autofinancement est souvent utilisée par les banquiers afin de mensurer la capacité des entreprises clientes à rembourser leurs emprunts.

Ainsi, plusieurs ratios sont calculés à partir de la CAF :

  • CAF / chiffre d’affaires qui permet de savoir combien l’entreprise dégage de ressources par rapport au chiffre d’affaires qu’elle réalise ;
  • Dettes / CAF qui permet de déterminer si la CAF est suffisante pour rembourser les nouveaux et les anciens emprunts.

En outre, anticiper la CAF permet de trouver si besoin des sources complémentaires de financement (apport des associés, crédit bail, augmentation du capital).

La capacité d’autofinancement
5 (100%) 1 vote

Un commentaire sur “La capacité d’autofinancement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *