Faire sa comptabilité soi-même

Quand on crée son entreprise, on se demande parfois si on peut faire sa comptabilité soi-même ou si elle doit être sous-traitée à un expert-comptable. Ce choix dépendra notamment des connaissances du créateur et de ses capacités à s’organiser ainsi que de la taille de l’entreprise.

Dans quel cas tenir un comptabilité ?

Première question à se poser : quand tenir une comptabilité? Certaines formes juridiques, comme les auto-entreprises, n’ont pas de comptabilité à tenir. Il leur suffit de suivre leur chiffre d’affaires, via la tenue d’un livre de recettes. D’autres doivent également tenir un registre des achats, mais cette obligation dépend de la nature d’activité.

Certaines entreprises bénéficient également de formalités simplifiées. C’est le cas de celles au régime micro (BIC ou BNC). Elles sont imposées forfaitairement, c’est-à-dire en fonction de leur chiffre d’affaires.

Si, en fonction de sa situation, l’entrepreneur réalise qu’il doit tenir une comptabilité, il devra s’informer sur les obligations comptables qu’il doit respecter. Ainsi, il est obligatoire de réaliser chaque année un bilan, un compte de résultat et une liasse fiscale.

Toutefois, l’étendue des obligations n’est pas la même en fonction de l’activité : BIC (bénéfices industriels et commerciaux) ou BNC (bénéfices non commerciaux), ainsi que du régime d’imposition : régime réel normal ou régime réel simplifié. Certaines entreprises ont ainsi une comptabilité d’engagement, d’autre une comptabilité de trésorerie. De plus, les entreprises vont devoir réaliser une liasse fiscale plus ou moins complexe.

Pourquoi faire sa comptabilité soi-même ?

Certains entrepreneurs désirent faire leur comptabilité eux-mêmes pour des soucis de budget. En effet, faire appel à un cabinet d’expertise comptable peut revenir assez cher.

Les tarifs sont toutefois adaptés à la taille de l’entreprise et à son secteur. Les honoraires commencent à environ 1 000€ l’année pour des prestations basiques. Pour une prestation plus complète, ils montent à 1 500€ – 2 000€ par an. Enfin, pour prestation plus haut de gamme, ils peuvent atteindre 3 000 à 4 000€ l’année pour une petite entreprise.

Toutefois, un expert-comptable peut aussi vous faire gagner de l’argent en vous informant sur les crédits d’impôts auxquels l’entreprise est éligible ou en vous évitant de subir un contrôle fiscal. En effet, en plus de la réalisation de la comptabilité, il a un devoir de conseils. Il peut vous alerter dans des situations critiques ou mettre des tableaux de bord à la disposition de l’entreprise.

Quelles sont les connaissances à avoir ?

Il est nécessaire d’avoir un minimum de connaissances pour faire sa comptabilité. Il faut bien comprendre  :

  • Le fonctionnement de la TVA : elle est neutre pour l’entreprise qui a un rôle de collecteur pour le compte de l’Etat. Elle doit ainsi collecter de la TVA sur ses ventes et en déduire de ses achats. La différence est reversée à l’Etat ;
  • Les charges qui sont déductibles et celles qui ne le sont pas : une charge vient réduire le résultat. Toutefois, toutes ne sont pas admises en comptabilité. Il existe également une différence entre le résultat comptable et le résultat fiscal. Certaines charges comptablement déductibles ne le sont pas fiscalement et il faudra donc les réintégrer.
  • Les produits qui sont imposables et ceux qui ne le sont pas : il en va de même pour les produits que pour les charges. Certains produits ne sont pas fiscalement imposables ;
  • Les notions d’immobilisation et d’amortissement : l’immobilisation est différente de la charge. Il s’agit d’un actif qui a vocation à durer dans l’entreprise. Il faut alors inscrire le bien à l’actif dans le bilan. Les amortissements seront ensuite passés en charges. Ils permettront de constater la perte de valeur de l’investissement ;
  • Le compte de résultat et le bilan :
    • Le compte de résultat présente le déroulement de l’activité de l’entreprise. Il synthétise les produits et les charges ;
    • Le bilan présente le patrimoine de l’entreprise à un instant T. On y voit ce que l’entreprise possède et ce qu’elle doit ;
  • Le calcul de l’impôt : l’entreprise peut être imposée à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés ;
  • Les stocks : ce sont les achats consommés dans l’exercice qui doivent être comptabilisés. Il convient ainsi de passer une écriture de variation de stock au compte de résultat. Au bilan, il faudra constater le stock final.

Plus la taille de l’entreprise est importante et plus le secteur d’activité est complexe, plus les connaissances devront être accrues. C’est pourquoi, à partir d’un certain seuil il est nécessaire d’avoir les compétences en interne (recruter un comptable) et/ou de passer par un expert-comptable.

Pour les TPE et les PME, des éditeurs de logiciel de comptabilité peuvent proposer des formations. A noter que même pour les petites entreprises, la complexité de la comptabilité à tenir dépend du secteur. Un consultant qui n’a que très peu de factures d’achat et une facture de vente tous les mois aura une comptabilité beaucoup plus facile à tenir qu’une petite entreprise d’achat-vente qui aura plus de factures d’achat et de vente ainsi que des écritures de fin d’exercice à passer (stock, immobilisation, amortissements, TVA…).

Comment faire sa comptabilité soi-même ?

Afin de faire sa comptabilité soi-même il faut  :

  • avoir un bon logiciel de comptabilité ;
  • être méticuleux et garder toutes les factures ;
  • être organisé pour saisir les factures régulièrement sans attendre la dernière minute ;
  • utiliser un plan comptable adapté à l’entreprise ;
  • gagner du temps en mettant en place une trame par exemple ou en interfaçant le logiciel de comptabilité avec les relevés bancaires.

A noter que des solutions intermédiaires existent : il est possible de pré-saisir les écritures en comptabilité tout en laissant la partie la plus complexe du travail à un cabinet d’expertise comptable. Le cabinet pourra ainsi s’occuper :

Comptalib
L’application qui automatise la comptabilité des indépendants, entrepreneurs, freelances et sociétés.

Commencer gratuitement

Quels sont les risques ?

Les risques à faire sa comptabilité soi-même sont de deux ordres :

  • L’entrepreneur perd du temps et ne se focalise pas sur les tâches essentiels de son travail ;
  • Les risques de faire des erreurs sont nombreux. Il existe en effet tellement de règles comptables et fiscales qu’un non expert peut avoir du mal à toutes les savoirs. Cela va se répercuter sur les déclarations qui pourraient contenir des erreurs. L’entreprise risque alors de voir ses impôts majorés de pénalités fiscales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.