Les escape game ont le vent en poupe ! Il en ouvre plusieurs chaque semaine en France. Le concept : un groupe de joueurs est enfermé dans une salle et doit en sortir en un temps limité. Pour cela ils doivent trouver des indices et les déchiffrer. Il y en a pour tous les goûts, avec de nombreux thèmes différents, et pour tous les niveaux. Rien d’étonnant que ce succès attire de plus en plus de créateurs d’entreprise ! Nous vous expliquons ici comment ouvrir un espace game, et comment bien le faire marcher !

Trouver le bon emplacement, la première étape pour ouvrir un escape game

Il faut à la fois trouver la bonne zone géographique et trouver le bon local. La zone géographique dépendra avant tout du nombre de concurrents mais aussi du nombre de clients potentiels. Dans une petite ville, ou dans une ville avec un nombre relativement important de personnes de plus de 50 ans (la cible étant plutôt jeune), il va être difficile de trouver un nombre suffisant de clients pour être rentable. De même dans une ville, ou un secteur, où les concurrents sont déjà nombreux.

Une fois le secteur parfait trouvé, il faudra trouver le bon local. Il doit être suffisamment important pour accueillir plusieurs salles (ou moins 3 ou 4) où se déroulement les aventures.

Trouver les financements nécessaires pour ouvrir un escape game

Les investissements

Ouvrir un escape game demande souvent des investissements importants, et par conséquent des financements suffisants. Si le local trouvé accueillait déjà un escape game, il y aura peu d’aménagement à réaliser mais il faudra prévoir de racheter un fonds de commerce, correspondant à un pourcentage du chiffre d’affaires annuel.

Sinon, il faudra payer un droit au bail, sorte de droit d’entrée pour utiliser le local, ainsi qu’une caution financière et plusieurs mois de loyer d’avance. Il faudra aussi faire des travaux pour aménager le local. Bien entendu, il devra respecter les normes en matière d’aménagement et de sécurité en tant qu’établissement recevant du public.

Tout cela a un coût, d’autant plus qu’il faudra ensuite prévoir quelques dépenses relatives aux formalités juridiques de création de société ainsi que des dépenses de communication pour faire connaitre l’escape game.

Ainsi, il peut prévoir un investissement d’au moins 100 000€ pour l’ouverture.

Les financements

On estime qu’un tiers de l’investissement doit provenir des fonds propres du créateur et des associés. C’est le ratio souvent demandé en cas de recours à un prêt bancaire. Pour en obtenir un, il faudra réaliser un business plan qui comprend plusieurs documents financiers permettant de prouver la bonne solidité financière du projet et par là même de rassurer le banquier :

Réaliser les formalités juridiques, la touche finale à la création d’un espace game

Afin d’ouvrir l’escape game, il sera nécessaire de créer une société. Le créateur a le choix entre plusieurs formes juridiques : l’EURL ou la SARL, la SAS ou la SASU, l’entreprise individuelle, l’EIRL, la SA…plusieurs paramètres sont à prendre en compte afin de choisir la forme qui conviendra le mieux :

  • Volonté de s’associer ou non ;
  • Imposition souhaitée : impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés ;
  • Nécessité de séparer le patrimoine personnel du patrimoine professionnel…

Pour en savoir plus, consultez cet article sur les formes juridiques.

Les formalités dépendront ensuite de la forme choisie. La création d’une société de type EURL/SARL ou SAS/SASU semble toutefois être le plus judicieux compte tenu des investissements demandés. Contrairement à une entreprise individuelle et une EIRL, ces formes permettent de s’associer et de protéger le patrimoine personnel des associés. Il faudra dans ce cas :

Faire prospérer son escape game

Toutes les démarches sont faites, l’espace-game peut ouvrir. Pour qu’il prospère, voici plusieurs conseils :

  • Réussir à se renouveler en mettant en place de nouveaux scénarios régulièrement. Cela permettra de faire revenir la clientèle ;
  • Fidéliser les clients : carte de fidélité avec réduction en fonction des places achetées, possibilité de réservation sur internet afin de récupérer les adresses mails des participants (et de leur envoyer une newsletter s’ils l’acceptent) ;
  • Proposer un système de parrainage : le parrain peut obtenir une réduction s’il apporte des nouveaux groupes de clients ;
  • Gérer le planning, les heures pleines et les heures creuses : la majorité des clients viennent en fin de journée, dans la soirée et le week-end. Afin d’occuper l’espace les heures creuses, il est possible de se mettre en relation avec les entreprises quand elles souhaitent faire des activités de team-building.
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *